•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regroupement municipal dans le nord-ouest : le comité persiste malgré le retrait de Saint-Joseph

Saint-Joseph au Nouveau-Brunswick, en février 2019.
Saint-Joseph au Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche
Kassandra Nadeau

Le conseil consultatif a procédé mardi soir à une consultation publique en vue d'un regroupement municipal incluant les DSL de Saint-Jacques, Saint-Basile, Saint-Joseph et Madawaska (nouvel ajout). Cette rencontre se déroule deux semaines après que les membres du comité provenant du DSL de Saint-Joseph se soient retirés du projet.

Le président du comité consultatif de Saint-Jacques, Jules Bossé, ne compte pas laisser ce retrait nuire au projet de regroupement. Il estime que le projet peut continuer, en incluant le DSL de Saint-Joseph, et ce même sans la présence des représentants de celui-ci à la table. Il compte donc quand même tenir au courant la population de Saint-Joseph des démarches et même recruter de nouveaux membres provenant de ce DSL.

Je dirais que les gens de Saint-Joseph entrent en contact avec nous autres, puis on a une très bonne communication. [...] On a un conseil consultatif qui s’est retiré, mais il y a 1500 personnes qui sont toujours là, indique-t-il.

Mais cette affirmation rend perplexe la présidente du DSL de Saint-Joseph, Brigitte Martin, venue à la consultation. Tant et aussi longtemps qu’ils n’auront pas l’appui du comité consultatif [de Saint-Joseph], même s’ils ont 25 signatures, ça dépend tout du ministre.

Une mésentente au comité

Les représentants du DSL de Saint-Joseph affirment s’être retirés en raison de désaccords au sein du conseil consultatif. C’est une question de leadership. Quand tu te bouches les oreilles à toutes les opinions à l’entour de la table, des fois ce n’est pas fameux, explique Brigitte Martin. Elle doute que cette mésentente soit bien perçue par le ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux, qui aura le dernier mot quant à une éventuelle étude de faisabilité.

Pour informer la population

Une cinquantaine de personnes étaient présentes à la rencontre qui s’est tenue à l’école Saint-Jacques d’Edmundston. En janvier, on avait informé qu’on allait faire des rencontres pour informer le public, affirme Jules Bossé. Le but était donc de donner de l’information sur les possibles avantages et défis que constitue un regroupement municipal.

Un groupe écoute une présentation dans un auditorium. Une cinquantaine de personnes étaient présentes à la rencontre de mardi soir. Photo : Radio-Canada

Des données sur l’assiette fiscale et la population ont été partagées aux personnes présentes, entre autres. Brigitte Martin doute de certains chiffres qui ont été véhiculés. Elle compte donc à son tour organiser une rencontre publique d’ici un mois ou deux afin de donner l’heure juste aux résidents de son DSL.

Une pétition a été préparée par le conseil consultatif afin de demander une étude de faisabilité au ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux. Un nombre de 25 signatures par DSL est nécessaire pour être en mesure de faire cette demande. Jules Bossé a confiance qu’il obtiendra ces signatures. Par la suite, ce sera à la province de déterminer si elle ira de l’avant ou non avec cette étude, qui pourrait éventuellement mener à un plébiscite.

Nouveau-Brunswick

Politique municipale