•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'incendie de Notre-Dame vu de l'Est-du-Québec

Plusieurs débris, dont des poutres en bois brûlées, reposent par terre après l'incendie qui a ravagé la cathédrale de Notre-Dame de Paris.
Les débris à l'intérieur de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, à la suite de l'incendie qui a partiellement détruit l'immeuble historique. Photo: Reuters / Pool New
Radio-Canada

Dans l'Est-du-Québec, plusieurs personnes, laïques ou religieuses, ont ressenti une forte émotion lundi en voyant les images des flammes détruire en partie la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Ça m'a beaucoup touché et affecté parce que c'est une cathédrale que je connais très bien, assez bien en tout cas. J'ai vécu pendant six années en France, explique l'évêque du diocèse de Gaspé, Mgr Gaétan Proulx.

À chaque fois que j'étais dans la capitale française, je n'hésitais pas, c'était vraiment un incontournable que de visiter, d'aller prier dans la cathédrale et même y célébrer le sacrement du pardon. Je l'ai fait à quelques reprises, se remémore-t-il.

L'évêque de Gaspé dresse un certain parallèle, toutes proportions gardées, avec la cathédrale de son diocèse. On fête cette année 50 ans de la construction de cette cathédrale et […] c'est un lieu vraiment spécial dans la ville.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, s'est quant à lui rendu en France il y a quelques mois et a visité Notre-Dame de Paris.

Que les humains aient construit à cette époque-là un bâtiment de cette ampleur-là avec cette richesse ornementale là, c'est phénoménal et de le voir soudainement en l'espace de quelques heures être attaqué si fortement que ça par le feu, c'est certain que ça vient nous chercher, exprime-t-il.

Les cloches de plusieurs églises en Gaspésie ont d’ailleurs résonné à 15 h mardi après-midi en solidarité avec les Français touchés par cet incendie.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, garde aussi un puissant souvenir de ses visites à Notre-Dame de Paris.

C'est une grande tristesse […] C'est incroyable lorsqu'on pense au temps qui a été requis pour construire Notre-Dame de Paris.

Marc Parent, maire de Rimouski

Plusieurs s'interrogent sur ce qui se passerait si un incendie ravageait une importante église au Québec.

C'est notamment le cas d’Yves Lemieux, curé de la paroisse Saint-Jean-Eudes de Baie-Comeau, qui était réuni lundi avec l'évêque et plusieurs autres prêtres du diocèse à la cathédrale.

On ne vous cachera pas qu’on y a pensé et qu’on se disait : "S’il fallait que ce soit nous qui étions arrivés pour célébrer la messe et que la cathédrale était en feu, on aurait été désolés et attristés nous aussi", explique-t-il, se réjouissant toutefois de la volonté du gouvernement français de reconstruire le lieu de culte.

Avec les informations de François Robert

Côte-Nord

Croyances et religions