•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations en Beauce : la ministre Guilbault constate les dégâts

La ministre Geneviève Guilbault s’est rendue à Beauceville pour constater les dégâts. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a visité Beauceville mardi pour constater les dégâts causés par la rivière Chaudière, qui est sortie de son lit.

Le centre-ville de Beauceville est touché par une inondation majeure. Environ 300 bâtiments, dont 230 résidences, ont été envahis par l'eau. Lors de son passage dans la région, la ministre Guilbault était accompagnée du député de Beauce-Nord, Luc Provençal, et de Samuel Poulin, député de Beauce-Sud.

« On veut s'assurer que tout le monde est en sécurité », a-t-elle affirmé en mêlée de presse.

En une quinzaine de minutes, le centre-ville de Beauville a été inondé par la rivière Chaudière mardi matin. Le niveau de l'eau a atteint un seuil record depuis 1991.

Un programme pour aider les sinistrés

La ministre rappelle qu'un nouveau programme annoncé lundi va permettre aux sinistrés qui l'envisagent de quitter cette zone inondable. L'objectif n'est pas de vider le centre-ville de ses résidents ou de ses commerces, assure-t-elle, mais plutôt d'intervenir auprès des sinistrés qui en ont assez.

« Au fil des années, si la personne est toujours inondée et atteint un certain maximum financier on va lui dire : "Soit tu prends ce dernier chèque ou nous t'aidons à te relocaliser ailleurs". »

La ministre estime qu'il est trop tôt pour parler des solutions pour éviter que la ville soit inondée année après année. Elle entend donner suite aux demandes une fois la poussière retombée.

« Nous serons présents pour avoir des discussions en temps et lieu. »

Legault préoccupé

Le gouvernement suit également ce qui se passe dans les autres régions du Québec, dont la Mauricie. Le premier ministre François Legault s'inquiète des précipitations à venir et de la fonte de la neige.

Il rappelle qu'il faudra envisager d'autres options pour éviter que les sinistrés demeurent dans les zones inondables. Certains sont d'ailleurs encore en attente d'indemnisations pour cette raison.

« Dans les dernières années, il y a des cas qui ne se sont pas réglés justement parce qu'on exige que les personnes se reconstruisent à l'extérieur des zones inondables. »

Québec

Accidents et catastrophes