•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg tente de trouver qui sont ses inspecteurs du bâtiment peu travailleurs

Une figure brouillée dans l'allée d'un magasin à grande surface.
Image tirée d'une video qui aurait été filmée lors d'une filature qui montrerait un inspecteur de la Ville de Winnipeg qui magasine durant ses heures de travail. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les enquêteurs de la Ville de Winnipeg achèvent la première ronde d'entrevues afin de déterminer la véracité d'allégations concernant des inspecteurs du bâtiment de la Ville utilisant leur temps de travail pour mener des affaires personnelles.

Le directeur municipal, Douglas McNeil, a précisé mardi que le directeur des services généraux et responsable de l'enquête, Michael Jack, a presque terminé les entrevues réalisées auprès de la douzaine d’inspecteurs ciblés.

« Nous allons en profondeur et ratissons large au niveau des entrevues », ajoute le directeur municipal.

« S’il y en a certains qui ne fournissent pas les efforts quotidiens nécessaires, alors c’est l’ensemble d’entre nous qui fait pâle figure », explique-t-il.

Le 4 avril, Douglas McNeil a lancé une enquête interne après que le Winnipeg Free Press eut publié les résultats d’une enquête privée concernant 17 inspecteurs de la Ville.

Cette enquête allègue que plusieurs des inspecteurs du bâtiment s’adonnent à des activités sans relation avec leur travail alors qu'ils sont en fonction. Parmi les faits qui leur sont reprochés figurent des pauses étendues, des emplettes personnelles, voire des retours à domicile.

CBC/Radio-Canada n’a pas été en mesure de vérifier les informations de ce rapport financé par un groupe anonyme.

Malgré des demandes d’accès aux mêmes documents que ceux envoyés à la presse, la Ville de Winnipeg affirme ne pas avoir eu accès à cette enquête privée ni à la liste exactes des employés ciblés.

« Ne ne savons pas exactement quelles sont les accusations parce que le rapport ne nous a pas été transmis », explique Douglas McNeil.

Le maire Brian Bowman a invité, mardi, le groupe anonyme à communiquer avec l’ombudsman du Manitoba, s'il ne voulait pas traiter directement du sujet avec l’administration de la Ville.

Selon la Loi sur l’ombudsman, ce dernier peut lancer des enquêtes sur les municipalités alors que les personnes à l’origine de la plainte restent anonymes.

« Il s’agit d’une organisation tierce et indépendante », a rappelé le maire de Winnipeg.

Mardi, une motion demandant le dévoilement des résultats de l’enquête interne de la Ville au cours des 30 jours suivant la fin de l'enquête a été approuvée à l’unanimité par le comité exécutif de la Ville.

Avec des informations de Laura Glowacki

Manitoba

Politique municipale