•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mark Zuckerberg a envisagé de vendre les données d’utilisateurs de Facebook

Un gros plan du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, la bouche ouverte, en train de parler devant une commission de la Chambre des représentants le mercredi 11 avril 2018, à Washington.
Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, s'exprime devant une commission de la Chambre des représentants le mercredi 11 avril 2018, à Washington. Photo: Associated Press / Andrew Harnik
Radio-Canada

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a appuyé pendant plusieurs années l'idée de vendre les données d'utilisateurs au cours de réunions et de discussions à l'interne dont NBC News a obtenu des copies. Plusieurs autres hauts gradés soutenaient aussi cette façon de faire.

Le réseau d’information américain a obtenu un dossier de 4000 pages de documents déposés devant un tribunal américain par l’entreprise Six4Three dans le cadre d’un procès intenté contre Facebook. Les documents n’ont pas été rendus publics dans le cadre du procès, mais le Parlement britannique en a saisi une copie, celle de l’un des dirigeants de Six4Three, en novembre 2018.

Ce dossier contient entre autres des transcriptions de réunions, des courriels et des conversations instantanées auxquelles des employés et des hauts gradés de Facebook ont participé. D’après NBC (Nouvelle fenêtre), Mark Zuckerberg y occupe sans surprise une place centrale, ce qui offre un rare aperçu de ses opinions personnelles, à l’abri des filtres appliqués à ses déclarations publiques.

Déterminer la valeur réelle des données

On y apprend notamment que dans les années qui ont suivi l’entrée en bourse de Facebook, l’entreprise a cherché par tous les moyens à pallier sa dévaluation boursière. Parmi les scénarios évoqués dans les nombreuses discussions, Mark Zuckerberg a notamment proposé d’entamer des négociations avec une centaine de partenaires en vue de leur vendre des données d’utilisateurs. L’objectif de cette démarche était alors de déterminer la valeur que les entreprises accordent à ces données.

« Le but ici ne serait pas les ententes en elles-mêmes, mais plutôt d’apprendre, à travers le processus de négociation, le montant que les concepteurs seraient prêts à payer [qui pourrait être différent de ce qu’ils diraient si nous le leur avions juste demandé directement], et nous serions ainsi mieux informés sur notre chemin vers l’établissement d’un taux public », a écrit Mark Zuckerberg dans une conversation instantanée.

En public, M. Zuckerberg a pourtant toujours nié vouloir vendre les données des utilisateurs.

Dans les documents, le PDG de Facebook ne semble pas inquiet d’éventuelles fuites de données chez les entreprises qui feraient affaire avec le réseau social. « Je doute qu’il y ait autant de risques stratégiques de fuites de données que tu le penses », a-t-il écrit à Sam Lessin, son proche ami et ex-vice président des produits de Facebook.

Facebook nuance les documents

Contactée par NBC News, Facebook a reconnu l’existence des documents, mais a tenu à en nuancer le contenu. L’entreprise a indiqué que le dossier avait été soigneusement assemblé par Six4Three pour faire mal paraître le réseau social et que de nombreux éléments avaient été omis.

Facebook a en outre affirmé que les discussions sur la possibilité de vendre des données d’utilisateurs appartiennent désormais au passé. Le réseau social a indiqué qu’il cherchait alors des façons de bâtir une entreprise durable, mais qu’il a choisi de ne pas suivre la voie évoquée dans ces discussions.

Avec les informations de NBC News

Réseaux sociaux

Techno