•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin d'une saison de rêve pour Alex Beaulieu-Marchand

Alex Beaulieu-Marchand
Alex Beaulieu-Marchand Photo: Getty Images / Tom Pennington
Guillaume Piedboeuf

Alex Beaulieu-Marchand a mis la touche finale à une saison de rêve, dimanche, à Whistler, en signant une première victoire en carrière sur le circuit professionnel. Au terme d'un hiver sans blessure, le skieur acrobatique de Québec estime être au sommet de son art.

J’avais déjà eu plusieurs 2es et 3es places, mais jamais une victoire. C’est vraiment plaisant de terminer la saison là-dessus, se réjouit Beaulieu-Marchand à propos de sa 1re position à l’épreuve de grand saut du Whistler Ski & Snowboard Festival, samedi, en Colombie-Britannique.

Une victoire qui complète un palmarès cette saison incluant une médaille de bronze au grand saut des mondiaux, des médailles d’argent en slopestyle et en grand saut au X-Games et une médaille de bronze à l’épreuve de vidéos des X-Games, le Real Ski.

De son propre aveu, ABM a atteint le plus haut niveau de sa carrière.

Je ne m’attendais vraiment pas à avoir de si bons résultats. Le projet qui me passionnait, cette saison, c’était vraiment le Real Ski. Je me suis lancé all-in là-dedans, mais on dirait que quand ça a été fini et je suis arrivé aux X-Games, j’avais encore plus faim pour essayer de bien faire.

Seul bémol, l’athlète de Saint-Augustin-de-Desmaures aurait voulu mieux faire à l’épreuve de grand saut de la Coupe du monde de Québec, en mars, devant les siens. Il ne se formalise toutefois pas de la « petite erreur » qui lui a coûté une place en finale.

La santé avant tout

Surtout que sa plus grande victoire, selon lui, est de s’être tenu loin des blessures. D’une clavicule cassée à un genou sérieusement endommagé, Beaulieu-Marchand a eu à visiter le médecin trop souvent, ces dernières années. Une vilaine commotion cérébrale avait d’ailleurs bien failli lui faire manquer les Jeux olympiques de Pyeongchang, où il a obtenu une médaille de bronze, l’hiver dernier.

Comment expliquer son hiver immaculé de ce côté? Il y a la préparation physique, bien sûr, que le skieur de 25 ans négligeait un peu en début de carrière. Mais ça fait trois ans que je la fais bien et parfois les blessures viennent quand même, précise-t-il.

Sp’akwus Ski Invitational Podium. 1st place Mens Alex Beaulieu-Marchand, 1st place Womens Sarah Hoefflin, 2nd Place Mens Philippe Langevin, 2nd Place Womens Elena Gaskell, 3rd Place Mens Teal Harle, 3rd Place Womens Yuki TsubotaAlex Beaulieu-Marchand (troisième à partir de la gauche) s'est mérité un chèque de 20 000$, samedi, pour sa victoire au Whistler Ski and Snowboard Festival. Photo : Mitchell Winton / Whistler Ski and Snowboard Festival

Il y a aussi les décisions que prend Beaulieu-Marchand en compétition.

« Cette année, j’ai décidé, aux Championnats du monde, de ne pas participer à la compétition de slopestyle parce que les conditions n’étaient pas belles. Je pense que j’ai pris un peu de maturité de ce côté-là. Dans une aussi grosse compétition, j’ai été capable de reconnaître que je ne serais pas capable de faire ce que je voulais faire dans un environnement sécuritaire et que ça ne valait pas la peine de risquer de se blesser. »

Puis il y a bien sûr un peu de chance.

Avec le Real Ski et les sauts que j’ai faits aux X-Games cette année, des sauts que je n’avais jamais essayés de ma vie, j’ai quand même eu la pédale au fond. J’ai pris des risques, mais au moins c’était dans des conditions favorables, explique celui qui est également sorti indemne d'une avalanche, en Utah, en février.

Prendre goût à la compétition

Lui qui a longtemps dit qu’il préférait faire des vidéos plutôt que participer à des compétitions, Alex Beaulieu-Marchand avoue qu’il a fini par prendre goût au sentiment que tu as quand ça va vraiment bien en compétition.

Je ne me vois plus lâcher ça. Tant et aussi longtemps que je suis de calibre, je vais continuer. Mais je veux aussi prendre le temps, comme cette année, d’avancer de filmer des projets personnels. C’est ce qui me permet de rester dans un bon état d’esprit.

Évidemment, l'athlète de 1,82 m et 154 lb se voit retourner aux Olympiques en 2022. Mais faut-il encore qu’il se qualifie rendu là, précise-t-il.

Je n’arrête pas de m’améliorer. Si ça continue comme ça, je vais pouvoir continuer pendant longtemps, mais on va prendre ça une journée à la fois.

Alex Beaulieu-Marchand

C’est qu'à 25 ans, il commence déjà à faire partie des vieux sur le circuit mondial du ski libre. Et des jeunes comme le Québécois Philippe Langevin, 17 ans, commencent à chauffer l’élite mondiale.

Quand je suis arrivé sur le circuit, les gens ne faisaient même pas encore de doubles sauts périlleux du mauvais côté. Maintenant, il faut pouvoir faire de triples sauts périlleux des deux côtés. Le niveau est fou. En huit ans de carrière, ça a comme doublé ou triplé d’intensité. Les jeunes sont là et ils me poussent dans le cul, mais en ce moment je me sens vraiment en santé et en forme.

Lui qui a déjà des camps d’entraînement prévus en mai et en juin, Alex Beaulieu-Marchand se promet tout de même un petit voyage de surf à travers cela avant de revenir au domicile familial, à Saint-Augustin-de-Desmaures, durant les mois de juillet et août pour peaufiner sa préparation physique.

Ski acrobatique

Sports