•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau clip d’Angèle attaque le sexisme sans détour

La chanteuse porte une tenue d'avocate et se trouve en cour, devant deux hommes qui ne portent pas attention au procès et une juge.

Une scène du vidéoclip de la chanson Balance ton quoi

Photo : YouTube / Angèle

Radio-Canada

La chanson Balance ton quoi dénonce le sexisme, le harcèlement sexuel et les commentaires réducteurs faits aux femmes; il semble naturel que le vidéoclip soit tout aussi incisif.

La chanson parue en 2018 a été écrite dans la foulée du mouvement #MoiAussi, ou #BalanceTonPorc en France.

L’auteure-compositrice-interprète belge Angèle, véritable étoile montante de la musique en Europe, y invite les harceleurs à aller se faire « en… hmmmm ».

Le vidéoclip, lancé sur YouTube lundi, s’ouvre sur une image douce d’Angèle qui flatte un chaton, alors qu’elle chante à propos de ces hommes qui parlent en mal des « chattes », et elle exprime qu’elle est « plus qu’un animal ». La caméra recule pour faire apparaître les mots « Go fuck yourself » (Va te faire mettre) sur sa robe. Le ton est donné.

Angèle tient un chaton et porte une robe sur laquelle est écrit « Va te faire foutre », en anglais.

Une scène tirée du vidéoclip de la chanson Balance ton quoi

Photo : YouTube / Angèle

S’ensuit une série de scènes qui traitent du sexisme avec humour.

On est transporté à la cour, dans ce qui semble être un procès pour harcèlement, puis dans la fictive Académie de l’antisexisme.

Tout y passe : le poil sous les bras, la longueur des jupes, le harcèlement au travail, les sous-vêtements, les poitrines nues, le consentement, les disparités salariales, et le travail domestique.

Un sketch vient scinder le clip en deux, où Angèle anime le séminaire « Et si elle dit non? »

Un des participants insiste : Je reviens juste sur un point qui n’est pas forcément hyper limpide. C’est juste que… quand une fille dit non, j’ai souvent l’impression que, quand même souvent, ça sous-entend que c’est...

C’est non, tranche l’artiste.

En un jour seulement, le vidéoclip a accumulé près de 3 millions de visionnements.

Musique

Arts