•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 logements de plus dans le Grand Sudbury pour des gens ayant des lésions cérébrales

Le député Paul Lefebvre est accompagné de 6 personnes.
Les travaux de construction du nouvel immeuble sur la promenade Bancroft ont déjà commencé. Photo: Radio-Canada / Didier Pilon
Radio-Canada

Le député fédéral de Sudbury, Paul Lefebvre, a annoncé un investissement de 1,36 million de dollars pour l'expansion de la maison Wade Hampton. L'organisme, géré par la Marche des dix sous, offre des services d'appui et d'hébergement aux personnes vivant avec des lésions cérébrales acquises.

Dans le Nord-Est ontarien, plus d’une trentaine d’individus qui ont subi des lésions cérébrales attendent d’avoir accès à un logement adapté à leurs besoins.

Le nouvel immeuble, qui comptera six appartements d’une chambre et six logements avec espaces partagés, devrait ouvrir ses portes à l’automne 2019.

Le plan du nouvel immeuble.Le nouvel immeuble se trouvera juste à côté du bâtiment actuel. Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

Il y a trois ans maintenant que nous avons commencé le prélèvement de fonds pour l’expansion, explique la gestionnaire de programme, Mélanie Mach. Il nous fallait 6,4 millions et, avec la contribution d’aujourd’hui, nous avons réussi à atteindre ce but.

L’organisme avait déjà reçu des subventions de la Ville du Grand Sudbury ainsi que du gouvernement provincial de Kathleen Wynne.

Un regain de liberté

Pour Joe-Ann Vandelig, la maison Wade Hampton du Grand Sudbury représente le regain de sa liberté.

Son fils, Ken Vandelig, travaillait comme mécanicien de machines lourdes, était fiancé et économisait pour s’acheter une maison lorsqu’il a eu un accident avec son véhicule tout terrain.

À seulement 24 ans, il a perdu son indépendance à la suite de lésions cérébrales.

Ken Vandelig et Joe-Ann Vandelig.Joe-Ann Vandelig a profité de la conférence de presse pour faire l’éloge de la maison Wade Hampton et des services qu’elle offre à son fils. Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

Les services d’appui de la maison Wade Hampton me permettent d’avoir une vie, s’exprime-t-elle en conférence de presse.

Je n’ai plus à m’en faire constamment pour Ken, ajoute la mère de famille. Il est heureux ici. Il peut être plus indépendant.

Par le passé, les gens comme Ken Vandelig se seraient retrouvés dans des établissements de soins de longue durée, explique Louise Paquette, l’ancienne directrice générale du Réseau local d'intégration des services de santé (RLISS) du Nord-Est.

Maintenant retraitée, Mme Paquette s’est investie auprès de la Marche des dix sous à titre de bénévole.

Lorsque j’étais au RLISS, j’ai pu visiter [l'établissement] et voir moi-même les soins qu’on offrait, raconte-t-elle. J’ai rencontré les mères de famille, qui se retrouvaient finalement avec des jeunes qui avaient besoin d’être soignés 24 heures par jour. Étant moi-même mère de famille, ça m’a vraiment touchée.

Nord de l'Ontario

Établissement de santé