•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascal Vincent de retour derrière le banc du Moose l'an prochain

L'entraîneur-chef du Moose du Manitoba, Pascal Vincent, dirige un match de hockey.

Le Moose du Manitoba a terminé la saison à deux points d’une place en série malgré une fiche de 39 victoires, 30 défaites et 7 défaites en prolongation.

Photo : Manitoba Moose

Denis-Michel Thibeault

L'entraîneur du Moose du Manitoba, Pascal Vincent, trace un bilan positif de la dernière saison de son équipe, même si celle-ci n'est pas arrivée à se classer pour les séries éliminatoires de la Ligue américaine. Il promet qu'il sera de retour à la barre de l'équipe, à moins de recevoir une offre d'une équipe de la Ligue nationale de hockey.

« Si je devais partir, ce serait seulement pour un poste d’entraîneur-chef dans la Ligue nationale », affirme celui qui est entraîneur du club-école des Jets de Winnipeg depuis 2016.

Le Moose du Manitoba a terminé la saison à deux points d’une place en série éliminatoire malgré une fiche très respectable de 39 victoires, 30 défaites et 7 défaites en prolongation.

« On sent qu’on n’a pas accompli notre objectif, lance Pascal Vincent déçu. Il y a des saisons que c’est difficile de déterminer le moment précis où les choses ont mal tourné, mais cette année c’est évident », affirme-t-il.

Il dit que le tournant dans la saison a eu lieu lors d'un voyage en Californie à la fin novembre. Les blessures se sont accumulées au point tel où 11 joueurs réguliers ont été absents de la formation pendant plusieurs semaines.

« Jusqu’à la fin décembre, on avait une équipe décimée. On a gagné juste une partie sur neuf, affirme-t-il. Dans toute ma carrière, c’était la première fois que je voyais autant de blessures au même moment. »

Après l'abondance de blessures, le Moose a enregistré une fiche positive, mais le mal était déjà fait.

« Ce qu’on a demandé à nos joueurs était pratiquement impossible, mais on y est presque parvenu », ajoute Pascal Vincent, Il croit que l’adversité a rendu son équipe meilleure.

« L’adversité nous a forcés à trouver des solutions, affirme l’entraîneur du Moose. Je ne peux pas dire à quel point je suis fier de nos gars. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Hockey