•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'hôpital d'Edmundston mis en demeure après avoir perdu un foetus

Pierre-Luc Richard, le père du foetus égaré, en entrevue.
Le père du fœtus, Pierre-Luc Richard, ne comprend pas comment l'Hôpital d'Edmundston a pu faire une telle erreur. Photo: Radio-Canada
Catherine Allard

Le couple de parents dont le foetus de 20 semaines a été perdu à l'Hôpital régional d'Edmundston a envoyé une mise en demeure à l'établissement, par l'entremise de son avocat.

Une mère de Rivière-du-Loup, Noémie Shareck, a dû accoucher d'un foetus décédé à la fin du mois de mars à Edmundston. Elle et son conjoint Pierre-Luc Richard ont demandé de récupérer le corps de la petite fille, mais l'hôpital les a informés que le foetus avait été perdu.

Le réseau de santé Vitalité a par la suite reconnu son erreur et a présenté des excuses à la famille.

Pour le couple, ce n'est pas suffisant. Les parents cherchent à obtenir des réponses. Leur avocat, Marc Bellemare, a envoyé une mise en demeure à l'établissement de santé vendredi.

Il est trop tôt pour parler des compensations financières pour l'instant. Ce qu'on demande c'est qu'il nous dise ce qui s'est passé. Qu'on donne des explications au public. Ce n'est pas normal de perdre un foetus.

Marc Bellemare, avocat
Une affiche de l'Hôpital régional d'Edmundston. L'Hôpital régional d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick a perdu le foetus de 20 semaines d'un couple qui souhaitait récupérer le corps. Photo : Radio-Canada

Anxiété, troubles de sommeil et traumatismes

Selon la mise en demeure, l'établissement de santé a reconnu que le corps avait été jeté dans le crématorium par erreur, puisque le personnel a cru à tort qu'il n'y avait rien de valable dans le plat, seulement des compresses et des déchets biomédicaux.

L'avocat souligne que les parents endeuillés souffrent d'anxiété sévère et de troubles de sommeil. Les trois autres enfants de la famille sont eux aussi perturbés et vivent un traumatisme, une perte d'appétit et des problèmes de concentration et de sommeil.

Le minimum auquel les parents et les autres usagers ont droit est de connaître les circonstances exactes de cette erreur grossière et les mesures que vous entendez prendre pour éviter à tout prix qu'elle se répète, peut-on lire dans la lettre envoyée à l'hôpital.

Une mise en demeure ne signifie pas que le couple entame une poursuite judiciaire contre l'hôpital, pour l'instant. Cette lettre sert plutôt à informer l'établissement des faits qui lui sont reprochés.

Nouveau-Brunswick

Soins et traitements