•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ex-candidate de Québec solidaire retire une « blague » sur Notre-Dame de Paris

Ève Torrès en entrevue à Gravel le matin

Ève Torres a brigué les suffrages dans la circonscription montréalaise de Mont-Royal–Outremont aux dernières élections.

Photo : Radio-Canada / Justine Roberge

Radio-Canada

Ève Torres, une ex-candidate de Québec solidaire maintenant chroniqueuse à l'émission La joute, sur les ondes de LCN, a retiré mardi de Facebook des propos « humoristiques » évoquant un éventuel incendie à la basilique Notre-Dame de Montréal, dans la foulée du sinistre ayant touché lundi la cathédrale du même nom, à Paris.

« Quand tu interdis aux autres de porter leurs signes religieux, tu fâches notre "Ami imaginaire", puis voilà le résultat! » a ainsi écrit Mme Torres sur le réseau social.

« Moi, je serais Legault, je ferais dormir les pompiers à la basilique de la rue Notre-Dame », a-t-elle ajouté, avant de retirer sa publication quelques heures plus tard et de présenter des excuses dans un nouveau message publié sur la plateforme numérique.

« C'était une blague, bien évidemment », a assuré Mme Torres au bout du fil. Elle-même originaire de France, elle a passé plusieurs années à Paris et dit éprouver une « affection particulière pour les églises ».

J'ai vraiment situé [la blague] dans le contexte sociopolitique : la France a banni tous ses signes religieux, mais aujourd'hui, il y a un retour... [...] C'est une blague de gens croyants!

Eve Torres

La référence à la basilique Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal, se voulait une allusion au projet de loi 21 du gouvernement de la Coalition avenir Québec sur la laïcité et de l'État et le port de signes religieux, a précisé Mme Torres.

« C’est de l’humour noir, appelez ça comme vous voulez, il n’y a rien d’autre là-dedans. Je me permettais de le faire parce que c’était un ami français, donc je sais que la référence ne le choquera pas. »

La chroniqueuse politique a cependant été informée par plusieurs personnes du fait que son commentaire circulait en ligne, principalement dans les réseaux nationalistes et d'extrême droite. Elle a donc pris la décision de retirer sa publication.

Cette déclaration a d'ailleurs eu des échos jusqu'à Québec, où la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a été « très troublée » lorsqu'elle en a pris connaissance.

« Je pense que si Mme Torres voulait faire une blague, elle est de très mauvais goût », a réagi la députée solidaire, pour qui le dossier de la laïcité est un « sujet sensible ». « On ne peut pas se permettre de faire des blagues avec ça! », a-t-elle ajouté.

Mme Massé a ainsi invité Mme Torres à retirer son message, qui « contribue à faire pourrir le débat public ».

Avec les informations de François Messier

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Politique provinciale

Politique