•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ex-candidate de Québec solidaire retire une « blague » sur Notre-Dame de Paris

Ève Torrès en entrevue à Gravel le matin
Ève Torres a brigué les suffrages dans la circonscription montréalaise de Mont-Royal–Outremont aux dernières élections. Photo: Radio-Canada / Justine Roberge
Radio-Canada

Ève Torres, une ex-candidate de Québec solidaire maintenant chroniqueuse à l'émission La joute, sur les ondes de LCN, a retiré mardi de Facebook des propos « humoristiques » évoquant un éventuel incendie à la basilique Notre-Dame de Montréal, dans la foulée du sinistre ayant touché lundi la cathédrale du même nom, à Paris.

« Quand tu interdis aux autres de porter leurs signes religieux, tu fâches notre "Ami imaginaire", puis voilà le résultat! » a ainsi écrit Mme Torres sur le réseau social.

« Moi, je serais Legault, je ferais dormir les pompiers à la basilique de la rue Notre-Dame », a-t-elle ajouté, avant de retirer sa publication quelques heures plus tard et de présenter des excuses dans un nouveau message publié sur la plateforme numérique.

« C'était une blague, bien évidemment », a assuré Mme Torres au bout du fil. Elle-même originaire de France, elle a passé plusieurs années à Paris et dit éprouver une « affection particulière pour les églises ».

J'ai vraiment situé [la blague] dans le contexte sociopolitique : la France a banni tous ses signes religieux, mais aujourd'hui, il y a un retour... [...] C'est une blague de gens croyants!

Eve Torres

La référence à la basilique Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal, se voulait une allusion au projet de loi 21 du gouvernement de la Coalition avenir Québec sur la laïcité et de l'État et le port de signes religieux, a précisé Mme Torres.

« C’est de l’humour noir, appelez ça comme vous voulez, il n’y a rien d’autre là-dedans. Je me permettais de le faire parce que c’était un ami français, donc je sais que la référence ne le choquera pas. »

La chroniqueuse politique a cependant été informée par plusieurs personnes du fait que son commentaire circulait en ligne, principalement dans les réseaux nationalistes et d'extrême droite. Elle a donc pris la décision de retirer sa publication.

Cette déclaration a d'ailleurs eu des échos jusqu'à Québec, où la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a été « très troublée » lorsqu'elle en a pris connaissance.

« Je pense que si Mme Torres voulait faire une blague, elle est de très mauvais goût », a réagi la députée solidaire, pour qui le dossier de la laïcité est un « sujet sensible ». « On ne peut pas se permettre de faire des blagues avec ça! », a-t-elle ajouté.

Mme Massé a ainsi invité Mme Torres à retirer son message, qui « contribue à faire pourrir le débat public ».

Avec les informations de François Messier

Politique provinciale

Politique