•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 ans de probation pour avoir harcelé Atchoum le clown

Mme Gaumont marche dans le corridor du palais de justice.
Maude Gaumont a reçu sa peine pour harcèlement au palais de justice de Saint-Hyacinthe. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Une résidente de Mayo en Outaouais, Maude Gaumont, écope de 3 ans de probation avec un suivi de 24 mois, après avoir plaidé coupable à 3 chefs d'accusation de harcèlement criminel contre Véronique Gagné, l'actrice personnifiant Atchoum le clown.

Le juge au palais de justice de Saint-Hyacinthe a accepté, mardi, la recommandation commune de la Couronne et de la défense. Le magistrat a souligné que la peine vise à aider l'accusée à soigner ses problèmes de santé mentale et non à lui imposer des travaux communautaires. La peine maximale pour harcèlement criminel est de 10 ans d'emprisonnement.

Mme Gaumont doit se plier à des conditions, soit ne pas entrer en contact avec la victime ni se rendre aux spectacles et aux événements de cette dernière. L'accusée ne doit pas non plus utiliser les réseaux sociaux sans la présence d'un adulte responsable.

Le juge a également ordonné à Maude Gaumont d'effectuer un suivi tous les deux mois avec son psychiatre, de terminer ses thérapies et de prendre ses médicaments.

Doute sur la sincérité de l'accusée

Mme Gaumont a présenté ses excuses mardi matin. Elle a dit avoir « extrêmement honte » du mal qu'elle a causé. N'ayant jamais voulu faire de mal, a-t-elle dit, c'était la peine qui l'habitait, reconnaissant avoir été en détresse psychologique. Rien ne justifie les gestes que j'ai faits, a-t-elle déclaré.

Le magistrat a cependant eu un léger doute quant à la sincérité de Mme Gaumont lors des excuses et des regrets de cette dernière, se demandant même si elle « jouait la comédie ». Le psychiatre avait souligné le même doute dans son rapport préliminaire.

Malgré cela, le juge a décidé d'accepter la recommandation commune, en raison des faits troublants dignes d'un scénario de film, la peur physique qu'avait Mme Gagné pour elle-même et ses proches, la crainte pour sa carrière. Mais aussi l'absence d'antécédent de l'accusée, ses excuses, sa honte et l'impact positif qu'a eu le processus judiciaire sur sa vie.

Mme Gagné réagit après le procès, à l'extérieur du palais de justice de Saint-Hyacinthe.Véronique Gagné est satisfaite de la peine imposée à Maude Gaumont pour harcèlement. Photo : Radio-Canada

De son côté, Véronique Gagné a aussi décrit tout ce qu'elle avait subi, ainsi que les répercussions de cette affaire sur sa vie personnelle et professionnelle. Elle s’est dite satisfaite de la décision du juge.

C’est le soutien psychologique que j’ai toujours souhaité pour cette dame-là.

Véronique Gagné, actrice

Rappel des faits

La rencontre entre les deux femmes remonte à juillet 2017, à Mont-Tremblant. À la fin d'un spectacle, Maude Gaumont avait fait part à Véronique Gagné de l'influence positive de cette dernière auprès d'une jeune fille de son entourage et grande admiratrice du clown Atchoum.

Elles s'étaient même entendues pour que Mme Gagné participe à une activité de financement à Gatineau pour que des enfants obtiennent des traitements dans des chambres hyperbares. Le harcèlement à répétition a commencé un mois plus tard et s'est poursuivi jusqu'en mars 2018.

Mme Gagné a reçu de nombreux messages privés sur Facebook provenant de 40 faux comptes créés par l'accusée. Cette dernière menaçait notamment de s'en prendre physiquement à un enfant de son propre entourage. La victime avait porté plainte à la police dès la réception du premier message, ainsi que six autres fois par la suite.

Avec les informations de la journaliste Audrey Roy

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites