•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bande dessinée destinée aux personnes transgenres

Photo professionnelle de Sophie Labelle.
Le travail de la bédéiste Sophie Labelle est traduit dans une vingtaine de langues. Toutefois, le fait d'être une personnalité transgenre publique comporte des aspects négatifs. Photo: Julie Artacho
Radio-Canada

Les personnes transgenres peuvent parfois avoir de la difficulté à se reconnaître dans le monde de la bande dessinée. La bédéiste et conférencière transgenre Sophie Labelle tente de remédier à la situation en offrant du divertissement qui s'adresse aux membres de sa communauté.

« Le but n’est pas d’éduquer sur les personnes trans, affirme l'artiste québécoise. Le but, c’est d’écrire des histoires dans lesquelles il y a des personnes trans. »

Elle dit souhaiter créer du contenu qui touche les personnes transgenres, allosexuelles ou LGBT.

« C'est important pour moi de me reconnaître dans les personnages que je dessine », ajoute-t-elle.

Sophie Labelle raconte que sa plus grande influence est une bédéiste homosexuelle des années 80, Alison Bechdel.

« Elle parlait de son quotidien dans le but de divertir ses amies lesbiennes, et c’est le ton que je voulais utiliser », dit-elle.

Le travail de l’artiste est traduit dans une vingtaine de langues, mais malgré son succès, elle admet qu'être une personnalité transgenre publique comporte aussi des aspects négatifs.

« Je reçois des menaces de mort chaque jour. Tous mes mouvements sont épiés par une armée de personnes », raconte Sophie Labelle. Selon elle, il s’agit d'une réalité quotidienne pour de nombreuses personnes transgenres.

La bédéiste est de passage à Winnipeg, mardi, à la bibliothèque Harvey-Smith, de 18 h à 20 h, afin de rencontrer les amateurs de son art et de son album Assignée garçon.

Manitoba

Dessin