•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle étape dans la stratégie de prévention des gangs de rue en Saskatchewan

Gros plan sur le dessus d'un poignet gauche sur lequel sont tatouées les lettres «TS» qui débutent un bandeau où l'on peut lire les mots superposés «death», «before» et «dishonor».
Les tatouages font partie des signes d'appartenance et de loyauté au gang Terror Squad, a expliqué un membre de l'Unité des gangs de rue et des armes à feu de la police de Saskatoon, Trent Dybvig. Photo: Police de Saskatoon
Omayra Issa

L'organisme STR8 UP, qui vient en aide aux jeunes qui ont été membres de gangs de rue, publie la deuxième phase d'une stratégie provinciale qui permettrait de prévenir la formation de ces groupes en Saskatchewan. Il s'agit d'une première dans la province.

Cette deuxième phase du projet a été présentée à Saskatoon, en présence d’anciens membres de gangs de rue et plusieurs agences d'aide aux jeunes pris dans les rouages de la criminalité.

Cette stratégie sur la prévention des gangs de rue est basée sur une étude du fonctionnement et des types des gangs de rue dans la province, car selon le STR8 UP, il faut d'abord comprendre leur fonctionnement pour prévenir leur formation.

Les Autochtones, ils vont en prison à Prince Albert, à Saskatoon ou ailleurs, et lorsqu'ils sont libérés ils vont dans leurs communautés. L'expérience des gangs, soit en prison, soit dans les grandes villes, ils apportent ça avec eux.

André Poilièvre, cofondateur de STR8 UP

La préparation du plan proposé par le SRT8 UP a débuté il y a un an, à la demande de différentes communautés dans des villes comme Prince Albert ou encore North Battleford, mais aussi de certaines réserves en proie à la présence de gangs de rue.

La première phase de la stratégie a été dévoilée en octobre dernier et était axée sur la typologie des gangs de rue.

Une stratégie provinciale nécessaire

L'Abbé André Poilièvre. L'Abbé André Poilièvre demande au gouvernement provincial d'investir dans l'implantation d'une stratégie de prévention des gangs de rue pour tout le territoire saskatchewanais Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

Selon le cofondateur et président du STR8 UP, Stan Tu'Inukuafe, il était nécessaire de concevoir une stratégie de prévention des gangs de rue pour tout le territoire saskatchewanais. Selon lui, de plus en plus de jeunes rejoignent les rangs de ces organisations criminelles.

Il ajoute qu'une telle stratégie est nécessaire parce que les gangs de rue dans la province ont la particularité de se déplacer entre les villes et les réserves, contrairement à de grandes villes comme Toronto, Montréal ou Vancouver, où les membres et les activités des gangs de rues sont concentrés dans certains territoires.

Les communautés consultées veulent mener elles-mêmes cette stratégie à travers des agences communautaires parce qu'elles disent qu'elles sont les mieux placées pour connaître la réalité sur le terrain.

24 recommandations

Au total, la stratégie prévoit 24 recommandations :

  • Miser sur la prévention et l'intervention à travers des programmes et non pas sur la répression.
  • Augmenter et améliorer les programmes de soutien, en particulier dans les communautés rurales et du nord, où les services d'aide en santé mentale sont limités.
  • Améliorer ses services en milieu correctionnel.

Investissement fédéral

Le gouvernement fédéral a versé 12 millions de dollars à la Saskatchewan pour lutter contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs de rue en mars dernier.

Une partie de l'argent sera destinée à une unité spécialisée dans la lutte contre les gangs de rue.

Une autre portion de l'enveloppe budgétaire servira à régler les problèmes liés aux gangs au sein des centres correctionnels de la province. L'objectif est d'améliorer la sécurité des détenus incarcérés et d'assurer la sécurité de la communauté lorsqu'un membre d'un gang de rue est libéré.

Au total, 65 communautés ont été consultées du 1er novembre 2018 au 31 mars 2019 pour élaborer la deuxième phase.

Demande de financement

La ministre provinciale des services correctionnels, Christine Tell, répond aux questions des reporters.La ministre provinciale des services correctionnels, Christine Tell, promet d'étudier les recommandations dans la stratégie de prévention des gangs de rue proposée. Photo : Radio-Canada

L’organisme STR8 UP espère que les gouvernements provincial et fédéral octroieront du financement pour l’implantation de la stratégie.

« Nous pouvons présenter tous les genres de recommandations, mais s’il n’y a pas de financement des gouvernements, le rapport finira dans des tiroirs », dit lare Robert Henry, professeur adjoint de sociologie à l’Université de Calgary.

Le président Stan Tu'Inukuafe espère qu’une grande partie du financement de 12 millions de dollars annoncé sera investi dans la prévention et la programmation.

Pour sa part, la ministre provinciale des services correctionnels, Christine Tell, n'a pris aucun engagement en ce qui concerne les recommandations dans la stratégie de prévention des gangs de rue proposée. Elle souligne que son ministère étudiera le document.

Saskatchewan

Crime organisé