•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services en français : des organismes inquiets après le dernier rapport de François Boileau

Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo.
Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plusieurs voix s'élèvent pour soutenir François Boileau qui qualifie, dans son dernier rapport de commissaire aux services en français, « d'inexplicable » la décision d'abolir le Commissariat qu'il chapeaute.

François Boileau a remis son dernier rapport mardi, alors que le gouvernement de Doug Ford a aboli le Commissariat aux services en français (CSF) de l’Ontario, confiant son rôle de chien de garde des francophones à l’ombudsman provincial.

C’est un moment historique et triste, raconte d’emblée le directeur général de Reflet Salvéo, Gilles Marchildon. Son organisme prône un meilleur accès à des services de santé en français en Ontario.

Même s’il y a des changements structurels, il faut continuer à veiller au grain, il ne faut pas pour autant oublier les besoins des francophones.

Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo

Sans surprise, la santé, un des secteurs dans lesquels le CSF reçoit le plus de plaintes chaque année, fait l’objet d’une préoccupation particulière de la part du Commissariat. Gilles Marchildon s’inquiète pour les services de santé en français, puisque le rôle de commissaire sera différent sous la gouverne de l’ombudsman Paul Dubé.

Il n’aura pas le même rôle que [François Boileau] avait d’être proactif, plutôt que passer par l’arrière pour réparer les pots cassés, explique-t-il. M. Marchildon assure que son organisme demeurera vigilant, pour ne pas que les francophones tombent dans l’oubli.

« C’est une journée difficile »

Carol Jolin en entrevue.Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin, est satisfait de la tournée du crieur dans la province. Photo : Radio-Canada

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin, s’est lui aussi déplacé à Toronto mardi pour assister à la présentation du dernier rapport de François Boileau.

C’est une journée difficile, confie M. Jolin. J’ai un peu de tristesse de voir M. Boileau partir.

Carol Jolin salue le rapport de François Boileau, qui exprime très, très bien ce qui va se passer, selon lui.

Cette décision va éroder la capacité des francophones à faire avancer les dossiers de la francophonie.

Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario

Le président de l’AFO ne doute pas que le bureau de l’ombudsman s'occupera du traitement des plaintes, mais ne croit pas que Paul Dubé aura la vision que le commissaire et son équipe avaient pour la francophonie ontarienne.

L'opposition « ne veut pas accepter la vérité »

Caroline Mulroney en chambre à Queen's ParkCaroline Mulroney, lors de la période des questions du 16 avril Photo : Radio-Canada

Lors de la période des questions à Queen’s Park, la ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney a demandé aux députés de l’opposition « d’arrêter de dire aux francophones que les services et le travail [du commissaire] vont s’arrêter ».

Je sais que le député [Guy Bourgouin] ne veut pas accepter la vérité, mais le poste demeure inchangé sous l’autorité de l’ombudsman.

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones

Nous avons pleinement confiance en la capacité de l’ombudsman d’assurer l’accès à des services gouvernementaux de qualité en français pour les francophones, a affirmé la ministre Mulroney.

Le rapport est très clair, le rôle ne sera pas le même, rétorque en entrevue à Radio-Canada le député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgouin. La réalité est claire : on vient de perdre un chien de garde de la langue française.

Même son de cloche de la députée libérale d’Orléans, Marie-France Lalonde. Je sais que la ministre [Mulroney] tente de communiquer un message différent aux francophones, mais non. C’est une perte énorme pour la communauté francophone.

Le transfert officiel des responsabilités du CSF au bureau de l’ombudsman aura lieu le 1er mai.

Toronto

Politique provinciale