•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Subventions pour voitures électriques : des délais problématiques pour les concessionnaires

Une Chevrolet Bolt l'hiver, lors d'une recharge.
Les concessions automobiles doivent attendre plusieurs mois avant de recevoir les montants de subventions de Transition énergétique Québec. Photo: Radio-Canada / Carl Boivin
Jérôme Lévesque-Boucher

Les subventions pour l'achat d'un véhicule électrique peuvent atteindre 8000 $ au Québec. Si la plupart des clients peuvent profiter de ce rabais dès l'achat de leur véhicule, les concessions automobiles doivent attendre pendant de longues périodes avant de recevoir les chèques de Transition énergétique Québec, l'organisme gouvernemental qui se charge de leur distribution.

En général, les concessions automobiles offrent aux acheteurs de voitures électriques d'aller chercher la subvention consentie par Québec pour eux. On intègre la subvention à même les modalités de paiement, soit le prix de vente avec taxes moins la subvention. Puis on s'occupe de récolter la subvention auprès de Transition énergétique Québec, précise Hugo Jeanson, copropriétaire de Bourgeois Chevrolet, à Rawdon.

Ce concessionnaire de la région de Lanaudière est celui qui vend le plus de véhicules électriques au pays. Or, M. Jeanson affirme qu'il peut attendre plusieurs mois avant que Transition énergétique Québec lui fasse parvenir les chèques de subventions. Pendant cette période d'attente, ce sont les concessions qui doivent assumer les coûts avec les créanciers, ajoute M. Jeanson.

C'est pas juste un mois de vente : c'est plus trois ou quatre mois de ventes qu'on doit supporter. Dans les périodes de pointes, ça peut [représenter] des montants se situant entre 800 000 et 1,2 million de dollars pour nous.

Hugo Jeanson, copropriétaire de Bourgeois Chevrolet
Le copropriétaire de Bourgeois Chevrolet Rawdon Hugo Jeanson, dans son commerce. Hugo Jeanson, copropriétaire de Bourgeois Chevrolet, à Rawdon Photo : Radio-Canada

Situation semblable au Bas-Saint-Laurent

Même son de cloche pour Vincent Beauchesne, propriétaire de Rivière-du-Loup Mitsubishi. Il souligne que le problème ne touche pas que les subventions liées à l'achat de véhicules électriques, mais aussi les subventions attribuées pour l'installation de bornes de recharge à domicile.

J'ai des clients qui attendent depuis plus de huit mois leur subvention [pour leur borne de recharge]. C'est dur pour le consommateur de faire sa réclamation par lui-même. Nous, on aide les clients à le faire. C'est un irritant, affirme M. Beauchesne.

[Les subventions], c'est notre compte à recevoir qui est le plus élevé chez nous. C'est juste plate de voir que lorsqu'on doit payer nos impôts, il faut payer de façon très rapide. Mais nous, en tant que concessionnaire, on les supporte trois, quatre, cinq, même six mois dans certains cas.

Vincent Beauchesne, propriétaire de Rivière-du-Loup Mitsubishi

De son côté, la concession Hyundai Rivière-du-Loup a simplement fait le choix de laisser au client le soin de faire sa réclamation lui-même. Selon le propriétaire, René Morin, les raisons vont au-delà du délai d'attente.

Selon la loi, si jamais le client a des dus envers l'impôt, le gouvernement va se payer d'abord et retourner la différence au concessionnaire. Donc, si le client doit, par exemple, 3000 $ à l'impôt, le chèque que je vais recevoir sera de 5000 $ plutôt que de 8000 $. Et ce sera à moi de courir après le client par la suite. Alors pour tous les frais que ça peut impliquer, en plus du délai, on a décidé que la subvention serait la responsabilité du client, explique M. Morin.

Une voiture électrique est rechargée.Transition énergétique Québec affirme que des ressources externes seront mises à contribution prochainement pour limiter les délais. Photo : iStock

Réaction de Transition énergétique Québec

Appelé à réagir aux propos des concessionnaires, Transition énergétique Québec reconnaît que les délais sont longs et que cela peut représenter un problème pour les concessions. Bernard Lamonde, directeur général adjoint des opérations et de l'innovation à Transition énergétique Québec, explique que la demande est actuellement très forte.

Au cours de la dernière année, Transition énergétique Québec a observé une augmentation des demandes de l'ordre de 100 %, donc le double, souligne M. Lamonde.

Toutefois, contrairement à ce que M. Morin a affirmé, Transition énergétique Québec affirme ne pas faire de compensation fiscale, par exemple sur les impôts.

Est-ce que l'organisme a les effectifs suffisants pour répondre à cette demande? À ce sujet, le directeur des opérations avait de bonnes nouvelles pour les concessions.

Dans les prochaines semaines, on a de nouvelles ressources qui seront mises à contribution à partir d'un fournisseur de services externes pour qu'ils puissent répondre aux gens qui nous appellent, mais aussi pour traiter plus de demandes. [...] On vise à diminuer les délais d'environ la moitié d'ici les prochaines semaines.

Bernard Lamonde, directeur général adjoint des opérations et de l'innovation à Transition énergétique Québec

Une nouvelle qui sera certainement bien accueillie par les concessions dans un contexte où elles attendent toujours des détails sur la subvention fédérale de 5000 $ promise dans le dernier budget Morneau pour l'achat de véhicules électriques.

Transports

Économie