•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Journée d'action contre la crise des opioïdes en Outaouais

Des comprimés de fentanyl, un puissant opioïde
Des comprimés de fentanyl, un puissant opioïde Photo: La Presse canadienne / Graeme Roy
Radio-Canada

Des organismes d'aide aux toxicomanes de l'Outaouais se mobilisent aujourd'hui dans le cadre de la Journée nationale d'action contre les surdoses pour demander aux gouvernements des changements afin d'atténuer la crise des opioïdes.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, 10 000 Canadiens ont perdu la vie entre janvier 2016 et septembre 2018 en raison de surdoses d'opioïdes.

Selon les chiffres du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, il y a eu 20 décès en moyenne par année liés à une intoxication non intentionnelle aux drogues dans la région de 2013 à 2016.

La moitié de ces décès seraient dus à la crise des opioïdes selon le CISSS.

Le directeur général du Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais (CIPTO), Yves Séguin, croit que la base du problème est la prohibition.

C’est pour dire à ceux qui font les politiques, qui font les lois, qu’il faut changer ces lois archaïques là, a affirmé M. Séguin à l’émission les Matins d’ici. On criminalise encore les personnes qui utilisent les drogues.

Le Canada devrait, selon lui, suivre l’exemple du Portugal qui a décriminalisé l’ensemble des drogues en 2001.

Cela permettrait aux consommateurs, selon M. Séguin, d’avoir accès à un produit plus sécuritaire et aux experts en toxicomanie de mieux intervenir pour régler les problèmes de dépendances.

En ce moment on parle beaucoup du fentanyl et c’est ça qui tue les gens parce qu’ils n’ont pas accès à des produits sécuritaires, dit-il.

Il n’y a pas de contrôle de la qualité, les gens doivent accéder au marché noir tout le temps, même ceux qui ont commencé à prendre des opioïdes de manière légale.

Yves Séguin,directeur général du Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais

Le CIPTO demande aussi une meilleure formation pour les médecins, afin qu’ils puissent prescrire du naloxone, de la méthadone, utilisée pour traiter les personnes aux prises avec des problèmes de dépendance aux opioïdes.

L’organisme tiendra ce soir, à 19h, une cérémonie dans le stationnement de l’aréna Robert-Guertin à Gatineau en mémoire des victimes et en appui à leurs familles.

Ottawa-Gatineau

Drogues et stupéfiants