•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pièce de monnaie controversée marque le 50e anniversaire de la décriminalisation de l’homosexualité au Canada

Téléjournal, 3 octobre 1984

Radio-Canada

Une nouvelle pièce de 1 $ conçue pour commémorer le 50e anniversaire de la décriminalisation de l'homosexualité au Canada et des droits des personnes homosexuelles suscite des réactions variées de la part de membres de la communauté LGBT et d'un groupe conservateur.

Cette pièce, qui sera lancée le 23 avril, doit représenter deux visages humains se chevauchant accompagnés des inscriptions « 1969–2019 », et « Égalité » en français et en anglais.

L'historien Tom Hooper, de l'Université York, dit que cette pièce commémore un « mythe », car les modifications apportées à la loi en 1969 étaient modestes et que la police et les tribunaux ont continué à contribuer à la criminalisation des relations entre des personnes de même sexe par la suite.

« Même les personnes qui soutenaient la réforme croyaient que nous avions une maladie mentale. Ce n'était pas une question d'égalité », affirme M. Hooper, qui étudie l'histoire des droits des personnes LGBT au Canada.

Tom Hooper ajoute que certaines dispositions du Code criminel ont contribué à la persécution légale d'actes homosexuels.

« Je pense que l'histoire de la décriminalisation […] profite au Parti libéral et à toute personne qui porte le nom de famille Trudeau », dit-il, qualifiant la pièce de monnaie de « grande erreur ».

Le professeur universitaire fait partie du réseau Anti-69, un groupe d'activistes et d'universitaires, qui souhaite organiser une action médiatique juste avant le dévoilement de la nouvelle pièce de monnaie, la semaine prochaine.

Le groupe estime que le Canada n'a pas décriminalisé l'homosexualité en 1969 et que la communauté LGBT a fait l'objet de persécution dans les décennies qui ont suivi.

Selon la directrice générale du groupe Egale Canada, Helen Kennedy, l’année 1969 a marqué un « tournant décisif » pour le Canada et estime que le dévoilement de la pièce est un « évènement important ».

« Prenons le temps de reconnaître que le gouvernement fédéral actuel veut apporter des changements pour les personnes LGBT au Canada », ajoute-t-elle.

Le premier ministre va trop loin

David Cook,e du groupe conservateur Citizen Go Canada, accuse la Monnaie royale canadienne de « politiser » les pièces de monnaies canadiennes afin de promouvoir ce qu'il appelle « le programme politique du premier ministre concernant les gais ».

Il a aussi comparé les questions concernant les personnes LGBT à d'autres sujets qui sont une source de divisions politiques, comme l'avortement et le divorce, et qui ne devraient pas être célébrées par le gouvernement fédéral.

« Nous croyons que M. Trudeau va vraiment trop loin. Il exprime son opinion sur ces questions, ajoute-t-il. Lorsqu’il [fait des excuses à la communauté LGBT], il affirme que tous les Canadiens approuvent le comportement et le style de vie homosexuels. Beaucoup de Canadiens trouvent dérangeant et offensant que ces valeurs soient célébrées. »

Le porte-parole de la Monnaie royale canadienne, Alex Reeves, dit que la pièce commémore 50 ans de progrès pour les Canadiens LGBT depuis que le Parlement a entamé la décriminalisation de l'homosexualité.

« On veut simplement souligner que c'est une cause que l'on appuie et que l'égalité est importante pour les Canadiens. On réalise qu'il y a beaucoup de travail qui reste à être effectué et on souhaite aussi qu'il y ait de l'égalité pour tous les Canadiens », affirme ce dernier.

Environ 3 millions de pièces seront mises en circulation.

Droits et libertés

Justice et faits divers