•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'un milliard déjà promis pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Une vingtaine de personnes sont sur un quai de la Seine, près de la cathédrale. Nombreux sont ceux qui prennent des photos.

Des Parisiens et des touristes sont nombreux à venir constater les dégâts sur les rives de la Seine.

Photo : Getty Images / THOMAS SAMSON

Radio-Canada

Les dons en vue de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris ne cessent d'affluer. Moins de 24 heures après sa destruction partielle dans un incendie, plus de 800 millions d'euros, soit 1,2 milliard de dollars canadiens, ont déjà été promis.

Le bal a été ouvert par la famille de l’industriel français François Pinault, qui dirige le groupe de luxe Kering. Il a annoncé dès mardi matin le déblocage de 100 millions d’euros par l'intermédiaire de sa société d’investissement Artemis.

« C’est important que nous soyons unis autour de ce symbole », a déclaré son fils, François-Henri Pinault, en entrevue à Europe 1.

La famille de l’homme d’affaires Bernard Arnault et son groupe LVMH n’ont pas tardé à emboîter le pas, en promettant de consacrer 200 millions d’euros « à la reconstruction de cette extraordinaire cathédrale, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité ».

LVMH, numéro un mondial du luxe, ajoute qu’il mettra « à la disposition de l'État et des instances concernées toutes ses équipes créatives, architecturales, financières, pour aider au long travail de reconstruction d'une part, et de collecte de fonds d'autre part ».

Il y aura de nombreux dons, pas uniquement en France, mais à travers le monde. L'argent ne sera pas ce qui manquera.

Antoine Arnault, fils du propriétaire de LVMH, à BFM TV

Le groupe L'Oréal, la famille Bettencourt-Meyers, principal actionnaire du groupe de cosmétiques, et la fondation Bettencourt Schueller ont aussi indiqué qu'ils donneront 200 millions d'euros pour la reconstruction.

Le président-directeur général de Total, Patrick Pouyanné, s'est également engagé à faire un don spécial de 100 millions d’euros. Il a rappelé que le groupe pétrolier est depuis plusieurs années le premier mécène de la Fondation du patrimoine.

Des dizaines de personnes prient, la tête baissée, dans un espace public de Paris. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des gens prient près de la cathédrale Notre-Dame, au lendemain de l'incendie qui l'a partiellement détruite.

Photo : Reuters / Yves Herman

Cette organisation privée, vouée à la sauvegarde et la valorisation du patrimoine français, avait été la première à annoncer lundi soir une collecte en France, mais aussi à l’international.

La Fondation prévoyait lancer sa collecte mardi midi, heure locale, mais le nombre important de connexions à son site dans la nuit a rendu son serveur informatique temporairement indisponible, a indiqué un porte-parole.

Le président français a aussi annoncé dès lundi soir le lancement d'une campagne de souscription nationale pour financer la reconstruction de l'édifice gothique.

Le savoir-faire pour la reconstruction de Notre-Dame

Martin Bouygues, président-directeur général du groupe qui porte son nom, et son frère Olivier se sont engagés à faire un don de 10 millions d’euros à titre personnel à un fonds dédié à la restauration de la cathédrale.

Dans un communiqué, le groupe a aussi appelé toutes les entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics à s’unir dans le cadre d’un « mécénat de compétences », afin « d’engager la reconstruction dans les plus brefs délais ».

L'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac), a signifié son intention de participer avec un montant similaire à « la restauration de la flèche ». La famille Decaux a pour sa part promis un don de 20 millions.

Les organisations patronales Medef, CPME ainsi que l'Afep ont appelé mardi les entreprises françaises à contribuer par des dons et leur savoir-faire à la reconstruction de Notre-Dame.

La mairie de Paris a pour sa part offert 50 millions d’euros en vue du chantier à venir, tandis que la région Île-de-France, qui inclut la Ville Lumière, doit en débloquer 10 autres, selon sa présidente, Valérie Pécresse. La région Ile-de-France va de son côté entend débloquer 10 millions d'euros. D'autres communes comme Rennes, Nantes, Bordeaux et Toulouse se sont également engagées pour la cause.

D'Europe et d'ailleurs

La milliardaire brésilienne Lily Safra, la Fondation Edmond J. Safra, le Groupe BPCE et la Société générale ont chacun annoncé un don de 10 millions d'euros.

L'Américain Henry Kravis, cofondateur du fonds d'investissement KKR, s'est engagé à verser 10 millions de dollars américains.

Au nombre des donateurs, on retrouve aussi l'université catholique américaine University of Notre Dame, dans l'Indiana (100 000 $) et l'association French Heritage Society à New York (39 000 $ de 510 donateurs différents), qui se consacre à la préservation du patrimoine architectural français.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a quant à lui invité les 28 États membres de l'Union européenne à appuyer les efforts de reconstruction.

À l'instar du patron d'Apple, Tim Cook, le Québec s'est aussi dit disposé à aider la France pour reconstruire la cathédrale, sans dévoiler les moyens ou l'ampleur d'une éventuelle contribution financière.

Le gouvernement étudie ses options

Plusieurs ministres français se sont réunis dès mardi matin avec le premier ministre Édouard Philippe afin d'étudier les « propositions qui vont être faites au président » pour reconstruire la partie supérieure de Notre-Dame, dont une large partie du toit multicentenaire et la flèche datant du XIXe siècle ont brûlé.

« Il n'y a pas eu de décision de prise. On a fait un point de situation », a expliqué un participant, à l'Agence France-Presse.

Des débris sont visibles à l'intérieur de la cathédrale. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'intérieur de la cathédrale est visible par l’entrebâillement d'une porte.

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Le travail de reconstruction prendra « des mois, peut-être des années » et coûtera « des centaines de millions d'euros », a estimé le ministre de la Culture Franck Riester sur CNEWS.

L'État assumera de toute façon ses responsabilités. L'État investit des centaines de millions d'euros pour le patrimoine chaque année [...] et là il s'agit évidemment d'un drame exceptionnel et l'État fera ce qu'il faut.

Franck Riester, ministre de la Culture, à France inter

Stéphane Bern, chargé d'une mission sur le patrimoine par le président français, est plus pessimiste que le ministre Riester. Selon lui, la reconstruction prendra « dix à vingt ans au minimum ».

Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nunez, a indiqué mardi qu'après une évaluation d'un comité d'experts et d'architectes « la structure tient bon », mais que plusieurs « vulnérabilités » ont été décelées, notamment au niveau de la voûte.

Le Conseil des ministres de mercredi sera entièrement consacré aux suites de l'incendie.

Les principaux partis politiques français ont entre-temps décidé d'observer une trêve dans la campagne pour les élections européennes du 26 mai.

Vue de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris en flammes, le 15 avril.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La cathédrale Notre-Dame-de-Paris en flammes, le 15 avril

Photo : AFP/Getty Images / FABIEN BARRAU

Macron et le pape discuteront de la reconstruction

Le président français Emmanuel Macron « a reçu de nombreux appels nationaux et internationaux ce matin », notamment du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, et de nombreux chefs d'État et de gouvernement, a fait savoir l'Élysée mardi. Il « s'entretiendra également avec le pape François dans l'après-midi ».

Dans un télégramme adressé à l'archevêque de Paris, Michel Aupetit, le pape François a déjà appelé mardi à la « mobilisation de tous » pour que la cathédrale Notre-Dame puisse redevenir « le joyau architectural d'une mémoire collective ».

Je forme le voeu que la cathédrale Notre-Dame puisse redevenir, grâce aux travaux de reconstruction et à la mobilisation de tous, ce bel écrin au coeur de la cité, signe de la foi de ceux qui l'ont édifié, église-mère de votre diocèse, patrimoine architectural et spirituel de Paris, de la France et de l'humanité

Le pape François

« Notre-Dame est un symbole historique de la France, un trésor inestimable de la culture européenne et mondiale, l'un des plus importants sanctuaires de la chrétienté », a déclaré le président russe Vladimir Poutine, dans un message transmis au président Macron. « Cette tragédie qui s'est produite la nuit dernière à Paris plonge le coeur des Russes dans la douleur. »

« Le peuple chinois partage le sentiment de douleur profond du peuple français et la Chine pense que la France, avec le soutien de la communauté internationale, réussira à reconstruire la cathédrale », a commenté le président chinois Xi Jinping, selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

La reine Élisabeth II s'est déclarée « profondément attristée » par l'incendie, dans un message à l'intention d'Emmanuel Macron. « J'exprime ma sincère admiration pour les membres des services de secours qui ont risqué leur vie pour tenter de sauver cet important monument national. Mes pensées et mes prières vont à ceux qui pratiquent leur foi dans la cathédrale et à toute la France en ces moments difficiles. »

Avec les informations de Reuters et d'AFP

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Europe

International