•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un refuge d’urgence ferme pour la saison dans le Grand Sudbury

Une trentaine de lits d'urgence  à proximité les uns des autres.
L’abri d’urgence Off the Street ouvre ses portes chaque hiver entre novembre et la mi-avril. Photo: CBC / Markus Schwabe
Radio-Canada

Le refuge Off the Street, qui était située temporairement au sous-sol d'une église cette saison, a hébergé un nombre record de personnes dans le besoin cette année, à cause du froid.

L’Association canadienne de la santé mentale, qui gère le centre, a accueilli des gens pour la dernière fois lundi soir au sous-sol de l’église Christ the King, en plein centre-ville du Grand Sudbury.

Cette fermeture saisonnière signifie qu’il n’y aura plus de refuge pour hommes lorsque le New Life Centre de l’Armée du Salut fermera ses portes le 10 mai prochain en raison d’un manque de fonds.

La directrice d’Off the Street, Cindy Rose, dit cependant que les locaux permanents à l’angle des rues Larch et Paris sont actuellement en rénovation et que les travaux seront terminés à temps pour la prochaine saison, en novembre 2019.

Cindy Rose, directrice du refuge Off the Street.Cindy Rose, directrice du refuge Off the Street Photo : CBC / Robin De Angelis

Nous avons eu un hiver très froid cette année, a déclaré la directrice. On a vu une augmentation du nombre de clients qui fréquentent le refuge.

Mme Rose indique qu’entre novembre 2018 et la fin de février cette année, le refuge de 30 lits hébergeait en moyenne 33 personnes par nuit.

Lorsque ça s’est réchauffé, en mars, ce nombre est tombé à une moyenne de 26 personnes.

Chaque mois, nous hébergions entre 160 et 225 personnes différentes, dit-elle.

Une pancarte indiquant où aller pour trouver refuge.Pendant les travaux de rénovation, le refuge pour sans-abri avait pignon sur rue au sous-sol de l'église Christ the King au centre-ville du Grand Sudbury. Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

Les itinérants qui ont utilisé le refuge ont eu accès à une variété de services communautaires, explique Mme Rose, y compris des services d’aiguillage vers des programmes de logement et vers des services de santé.

À ce jour, nous avons trouvé du logement permanent pour 29 individus, dit-elle.

Nous avons encore des demandes de logement en attente et nous travaillons avec la Ville et le réseau de logement afin de pouvoir aider tous les individus que nous pouvons.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Pauvreté