•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rimouski soumettra un projet de loi privé à l’Assemblée nationale pour La Grande Place

La Grande Place à Rimouski.

La Grande Place à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil municipal de Rimouski a mandaté un bureau d'avocats afin qu'il rédige un projet de loi privé afin de dénouer l'impasse au sujet du projet de revitalisation de La Grande Place.

Le maire, Marc Parent, a bon espoir d'obtenir l'appui des quatre partis politiques afin d'adopter ce projet de loi à l'Assemblée nationale avant de la fin de la session parlementaire, en juin.

Le projet de loi d’intérêt privé aurait pour effet de modifier l’acte de servitude de 1975 sur le stationnement public et gratuit, qui est mis de l'avant par les sept propriétaires riverains qui refusent de donner leur accord dans le projet de revitalisation proposé par le Groupe Sélection.

Le maire justifie ce mandat en rappelant que 93% des propriétaires riverains sont en accord avec un projet. Il y a des expériences passées qui ont démontré l’incapacité d’atteindre le 100%.

Il y a une attente claire de la population de Rimouski ainsi que des propriétaires riverains qu’on aille de l’avant avec les mesures nécessaires.

Marc Parent, maire de Rimouski

Le directeur général de la Ville, Claude Périnet, ajoute que Rimouski n'a pas l'intention d'enlever des droits aux propriétaires riverains et que ses obligations en matière de stationnement seront maintenues. La Ville veut cependant permettre la réalisation d'un projet porteur pour les Rimouskois.

Le droit de ces propriétaires-là est uniquement en lien avec le stationnement. [Des citoyens sont d'avis] que certains propriétaires usurpent, excèdent leurs droits sur des questions qui n'ont rien à voir avec le stationnement.

Marc Parent
Le directeur général de la Ville, Claude Périnet en point de presse

Le directeur général de la Ville, Claude Périnet en point de presse

Photo : Radio-Canada

La Coopérative Paradis dans le projet de loi

Par ailleurs, la Ville inclut le projet de déménagement de la Coopérative Paradis dans le projet de loi privé qui sera présenté. Actuellement, les propriétaires riverains ont donné leur aval au projet immobilier de Groupe Sélection, mais ne se sont pas prononcés au sujet du projet de la Coopérative Paradis.

Le projet de loi privé doit obtenir l’appui des quatre partis à l’Assemblée nationale pour aller de l’avant.

Avec les informations de Denis Leduc et Édith Drouin

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures