•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce des mesures face au trou noir de l’emploi

Travailleurs de l'usine de transformation du crabe des neiges
L'industrie de la pêche et de la transformation des produits de la pêche est connue pour sa grande saisonnalité. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des mesures ont été annoncées pour venir en aide aux travailleurs saisonniers et tenter de remédier au problème du « trou noir » de l'emploi qui touche tout particulièrement l'Est-du-Québec.

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a rendu public le rapport de la Table de concertation sur l'emploi saisonnier et annoncé la mise en oeuvre des 14 recommandations qu’il contient.

Parmi ses recommandations : la reconduction du projet pilote pour le soutien des travailleurs saisonniers touchés par le phénomène du trou noir, cette période de l’année où les travailleurs saisonniers ne touchent ni salaire ni prestation d’assurance-emploi.

Le projet est assorti d'un financement de huit millions de dollars pour tout le Québec. En vertu de ce projet-pilote, les travailleurs, une fois leurs prestations d'assurance-emploi épuisées, pourront suivre une formation en milieu de travail et recevoir une allocation équivalente à leur prestation de chômage.

En entrevue à l'émission Boréale 138, le ministre Boulet a affirmé que ce programme permettra aux entreprises de retenir la main-d'oeuvre, mais surtout aux travailleurs saisonniers de devenir plus polyvalents .

Ça contribue assurément à accroitre la productivité des travailleurs qui bénéficient de la formation, croit M. Boulet. Ça augmente aussi leur niveau de fidélité par rapport à leur employeur, et ça peut les rendre, à certains égards, plus polyvalents, plus aptes à travailler dans d’autres secteurs d’activité, poursuit-il.

Un fond pour la diversification des entreprises

Le ministre a aussi annoncé la mise sur pied d'un fonds pour soutenir la diversification des entreprises saisonnières. Une décision qui découle d'une proposition de la Table régionale de concertation sur l'emploi saisonnier de la Côte-Nord.

La mise sur pied de ce fond-là découle d’une proposition de la table régionale de concertation sur l’emploi saisonnier, explique M. Boulet.

Ce sont des personnes qui ont été dynamiques, ils sont à la recherche de piste de solutions. C’est en additionnant des pistes de solutions comme celles-là qu’on va finir par combattre de façon efficace le fameux phénomène du trou noir, ajoute-t-il.

Jean Boulet dans le couloir de l'Assemblée nationale à Québec, en mêlée de presseLe ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et député de Trois-Rivières, Jean Boulet, a commenté mercredi le rejet de la contre-offre syndicale par la direction de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI). Photo : Radio-Canada

Le ministre devait en faire l’annonce lundi matin à Sept-Îles, mais les conditions météorologiques ne lui ont pas permis de se rendre sur place.

Un grand problème dans l’Est-du-Québec

Les trois régions de l’Est-du-Québec sont particulièrement touchées par le phénomène de la saisonnalité de l’emploi et sont spécifiquement mentionnées dans le rapport rendu public cette semaine.

Celui-ci explique que près du quart des emplois seraient saisonniers dans les établissements de cinq employés ou plus en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

L’isolement géographique et économique d’une entreprise renforce l’impact de la saisonnalité.

Extrait du rapport sur l'emploi saisonnier de la Table nationale de concertation sur l'emploi saisonnier.

Sur la Côte-Nord, la prépondérance des industries primaires et du tourisme sont notamment à l’origine du problème.

Le Bas-Saint-Laurent n’est pas épargné, alors que le phénomène touche entre autres des travailleurs des services d’hébergement et de restauration. En 2015, 18 % des emplois au Bas-Saint-Laurent étaient saisonniers dans les établissements de cinq employés ou plus.

Côte-Nord

Emploi