•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les partis politiques divisés sur la tarification du carbone à l’Î.-P.-É.

Un piston dans une station-service.

La taxe provinciale sur le carbone fait son entrée dans la campagne électorale à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Alors que les verts et les néo-démocrates augmenteraient les taxes et utiliseraient cet argent pour financer un programme de remboursement de la taxe sur le carbone, les conservateurs de l'Île-du-Prince-Édouard restent nébuleux sur leur plan.

Quelques jours à peine après le déclenchement de la campagne électorale à l’Île-du-Prince-Édouard, le gouvernement fédéral publiait un rapport sur le climat révélant que le Canada se réchauffe deux fois plus rapidement que la planète.

Pourtant, aucun parti politique de l’Île-du-Prince-Édouard n’a semblé, à ce jour, vouloir faire de cette question un enjeu électoral.

La taxe des libéraux en hausse pour sensibiliser les automobilistes

Le 1er avril dernier, un sursis temporaire des taxes sur les carburants pour les automobilistes de l’Île-du-Prince-Édouard prenait fin. Au sixième jour de la campagne électorale, la taxe sur l’essence a ainsi augmenté de 4,4 cents le litre et les taxes sur le diesel de 5,3 cents le litre.

Wade MacLauchlan le 1er mars 2019 à Halifax en Nouvelle-Écosse.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Mais cela est survenu après l’entrée en vigueur d’une baisse des taxes de 3,4 cents le litre pour l’essence et de 4,3 cents le litre pour le diesel le 1er janvier dernier. Le chef du Parti libéral, Wade MacLauchlan a assuré que cela fait en sorte que l’augmentation réelle n’était que d’un cent le litre. Une augmentation additionnelle d’un cent le litre devrait survenir en 2020.

Le prix de l’essence lui-même est un argument qui va dissuader les gens de conduire un peu plus loin ou les inciter à réfléchir à l'efficacité de leur véhicule, a déclaré Wade MacLauchlan à propos de cette augmentation.

Cliquez ici pour voir tous nos contenus sur les élections à l'Île-du-Prince-ÉdouardAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cliquez ici pour voir tous nos contenus sur les élections à l'Île-du-Prince-Édouard

Photo : Radio-Canada

Une stratégie inefficace, selon le Parti vert

Le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, estime que le plan libéral est plutôt une stratégie politique et qu’il ne produira pas les objectifs que nous souhaitons tous, à savoir la réduction des émissions de carbone.

Peter Bevan-Baker conteste notamment le fait que les libéraux utilisent les recettes de la taxe sur le carbone pour éliminer les frais de permis de conduire et réduire les coûts d'immatriculation des véhicules.

Gros plan sur le visage du chef vert.

Le chef du Parti vert de l'Île-du-Prince-Édouard, Peter Bevan-Baker

Photo : Radio-Canada

Le Parti vert a annoncé qu’il annulerait la baisse des taxes sur l’essence entrée en vigueur le 1er janvier, laissant les insulaires payer la totalité de la taxe sur le carbone de 4,4 cents le litre sur l’essence.

Il utiliserait les revenus ainsi créés pour offrir des rabais directement aux ménages de la province.

Les insulaires à faible revenu auraient plus d’argent dans leurs poches, mais nous atteindrions l'objectif d'une taxe sur le carbone en réduisant les émissions, a déclaré Peter Bevan-Baker.

La taxe sur le carbone, une taxe punitive selon les conservateurs

Le chef du Parti progressiste-conservateur de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, s'est prononcé contre la taxe sur le carbone provinciale, mais n'a pas précisé si son parti la conserverait ou la supprimerait.

Je pense que tout le monde à l'Île-du-Prince-Édouard est conscient qu'il faut un plan de réduction des émissions de carbone, a déclaré King. En tant que province insulaire, nous devons faire preuve de plus de prudence que la plupart à l'égard des changements climatiques et de leurs répercussions sur l'avenir de l'Île-du-Prince-Édouard.

Selon Dennis King, la taxe sur le carbone de l'Île-du-Prince-Édouard est une taxe punitive pour les insulaires simplement parce que la majorité de la population est rurale.

Dennis King en campagne électorale le 3 avril 2019.

Dennis King, chef du Parti progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / CBC / Steve Bruce

Dennis King ne voulait pas dire si son parti supprimerait la taxe sur le carbone, mais a déclaré qu'un gouvernement conservateur ne se joindrait pas aux provinces qui contestent actuellement la taxe fédérale sur le carbone devant les tribunaux.

Il a dit qu'il aimerait rencontrer le gouvernement fédéral pour trouver une solution pour réduire les émissions de carbone dans la province

Les changements climatiques nécessitent une réponse collective, selon le NPD

Tout comme le Parti vert, les néo-démocrates proposent d’éliminer la baisse des taxes sur l’essence instaurée le 1er janvier par les libéraux. Le NPD assure qu’il partagerait les recettes de la taxe sur le carbone, offrant la moitié de la remise aux ménages à faible revenu et utilisant l’autre moitié pour financer des initiatives visant à réduire les émissions de carbone.

Avec les informations de Kerry Campbell de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale