•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six Franco-Ontariens reçoivent l’Ordre de la Pléiade

Les six récipiendaires de l'Ordre de la Pléiade. De gauche à droite : François Boileau, Martin Lalonde, Réjeanne Bélisle-Massie, la lieutenante-gouverneure de l'Ontario l'honorable Elizabeth Dowdeswell, Anne Tennier, Audrey Debruyne et François Bazinet.

Les six récipiendaires de l'Ordre de la Pléiade. De gauche à droite : François Boileau, Martin Lalonde, Réjeanne Bélisle-Massie, la lieutenante-gouverneure de l'Ontario l'honorable Elizabeth Dowdeswell, Anne Tennier, Audrey Debruyne et François Bazinet.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Provost

Anne-Marie Provost

L'engagement de six Franco-Ontariens pour la langue française dans leur communauté a été souligné, lundi. Une médaille de l'Ordre de la Pléiade leur a été remise lors d'une cérémonie à l'Assemblée législative de l'Ontario.

La cérémonie s’est déroulée dans une ambiance solennelle à la salle de musique, située dans les appartements de la lieutenante-gouverneure. C’est la ministre des Affaires francophones et procureure générale de l'Ontario, Caroline Mulroney, qui a présenté les six récipiendaires.

L’ombre des compressions de son gouvernement dans les services pour les francophones a plané lorsqu’elle a vanté les réalisations d’un des récipiendaires, François Boileau, commissaire aux services en français de l’Ontario. Son bureau sera bientôt dissous à la suite d’une décision du gouvernement Ford.

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, reçoit l'Ordre de la Pléiade.

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, reçoit l'Ordre de la Pléiade.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Provost

François Boileau

Figure imposante de la francophonie en milieu minoritaire, François Boileau occupe le poste de commissaire aux services en français de l’Ontario depuis août 2007. Chien de garde des droits des francophones en Ontario, il reçoit les plaintes du public et présente des recommandations. Il était auparavant conseiller juridique au Commissariat aux langues officielles. De 1993 à 2003, il a également occupé plusieurs fonctions à la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA). Il a notamment représenté la FCFA devant la Cour d’appel de l’Ontario dans l’affaire Montfort.

Réjeanne Bélisle-Massie

Réjeanne Bélisle-Massie est active depuis longtemps dans la communauté francophone du Temiskaming ontarien. Elle est notamment l’une des pionnières du Festival des folies Franco-Fun et du Village de Noël Temiskaming, au centre-ville de New Liskeard. Elle s’implique également au Centre culturel Artem, un organisme dédié à la promotion des arts et de la culture francophone de la région. Questionnée par Radio-Canada après la cérémonie, elle a affirmé que les compressions dans les services aux francophones étaient un recul.

C’est difficile à accepter et on va continuer à se mobiliser. On n’est pas à nos premières batailles comme francophones… et on n’est pas à nos dernières non plus. On va gagner la guerre , a-t-elle lancé.

Anne Tennier

Anne Tennier est bien connue à Hamilton pour son implication au sein d'organismes et de conseils d'administration. Elle est présidente et directrice générale du Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, et elle s’implique notamment dans l’Orchestre philharmonique de Hamilton et dans l’organisme Hamilton Conservation Foundation. Elle est administratrice du Centre francophone Hamilton, un centre pluridisciplinaire qui fait la promotion des arts et de la culture francophone.

Même si ma langue maternelle est l'anglais, je ne me rappelle pas de n’avoir jamais parlé le français. Ça fait partie de ce que je suis. J’ai voyagé à travers le Canada et c’est difficile de trouver des services en français. Alors pour ceux qui ont le privilège d’être bilingue, il faut insister le plus possible pour avoir des services, de l’art et de la culture en français, dans les milieux où l’anglais est prédominant, a dit Mme Tennier au micro de Stéphany Laperrière à l’émission L’heure de pointe.

Le récipiendaire de l'Ordre de la Pléiade François Bazinet.

Le récipiendaire de l'Ordre de la Pléiade François Bazinet.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Provost

François Bazinet

Enseignant à la retraite et résident de la municipalité de Finch, au sud-est d’Ottawa, François Bazinet s’est impliqué dans bon nombre d’organismes francophones et cumule une longue feuille de route. Récipiendaire du Prix Richelieu de la francophonie 2018, il en est également le trésorier depuis 2013. Il est de plus le trésorier de la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario. Depuis sa retraite, il s’implique aussi à titre de conseiller scolaire au Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO). Il en est maintenant le président.

Audrey Debruyne

Originaire de France et résidente de Thunder Bay depuis 2012, Audrey Debruyne a d’abord travaillé à l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario (AFNOO). Elle s’est ensuite impliquée au Club canadien français, qui se nomme maintenant le Club culturel francophone, dont elle est aujourd’hui la présidente et qui organise plusieurs événements en français dans le communauté. Elle travaille présentement au Conseil scolaire de district catholique des Aurores boréales.

Martin Lalonde

Martin Lalonde écrit pour le journal Le goût de vivre. Il est également l'homme derrière la création d'un musée vivant dans la région de Lafontaine à Tiny, en Ontario, ainsi que du Festival du loup, un festival de musique francophone.

Si on ne fait pas de bruits, on ne reçoit rien. C’est toujours la bataille et c’est un peu décourageant, mais il faut maintenir la pression. J’ai vu d’autres personnes aller à la manifestation pour réclamer l’université française. Il n’y a rien qui bouge pour le moment, mais il ne faut pas lâcher la patate, a souligné M. Lalonde au micro de Marjorie April, à l’émission Y a pas deux matins pareils.

Les récipiendaires sont choisis par un comité non partisan de parlementaires, membres de la section ontarienne de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

Francophonie

Société