•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous avons besoin de pipelines pour la prospérité de tous les Canadiens » - Jason Kenney 

Le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, salue ses partisans réunis à son quartier général électoral à Calgary après sa victoire aux élections du 16 avril 2019.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Charlotte Dumoulin
Heloïse Rodriguez

Le chef du Parti conservateur uni (PCU), Jason Kenney, remporte son pari dans une victoire décisive : unifier la droite albertaine et reprendre les rênes du pouvoir. Il devient le prochain premier ministre de l'Alberta, délogeant Rachel Notley et le NPD, et formera un gouvernement majoritaire, selon les résultats préliminaires.

Devant une foule de conservateurs en liesse, Jason Kenney est entré dans la salle dans sa camionnette, symbole de sa campagne : il a fait le tour de la province à bord de ce véhicule.

« Quelle journée incroyable pour l'Alberta! L'enfer est en train de partir et l'espoir revient », a-t-il lancé.

Rapidement, le PCU s'est forgé une avance mardi soir. Si le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la première ministre sortante, Rachel Notley, a pu maintenir ses acquis à Edmonton, le PCU a vite pris la tête dans les circonscriptions rurales et les environs de Calgary.

Jason Kenney, qui conserve son siège de Calgary-Lougheed, a vécu son baptême d'élections provinciales générales. Promettant de réduire la bureaucratie et les impôts, le chef du PCU a affirmé que la province était maintenant « prête à faire des affaires » (open for business).

Dans son discours de victoire, il n'a pas tardé à s'adresser aux entreprises à l'étranger : « Si vous voulez profiter d'une taxe réduite et profiter d’une culture de libre entreprise, venez en Alberta! »

Une grande partie de son discours était cependant consacrée à la situation économique de la province. L'Alberta a « la chance d’avoir la troisième réserve de pétrole au monde », a-t-il déclaré, mais cette ressource est « enclavée » et son économie est en perte de vitesse.

Cette situation va changer dès ce soir, a ajouté le chef du PCU.

Nous vendons au rabais notre pétrole aux Américains. Nous perdons des milliards de dollars que nous pourrions utiliser pour construire des écoles. Des milliers d’emplois sont perdus.

Jason Kenney

Dénonçant les « intérêts étrangers à l'origine des campagnes de dénigrement de l’Alberta », Jason Kenney s’en est pris à ceux qu’il qualifie de responsables « des investissements qui ont fui le Canada et sont en train de financer un boom incroyable aux États-Unis ».

À ces intérêts particuliers allant « des frères Rockefeller à la Fondation David Suzuki en passant par tous les autres », Jason Kenney avait une mise en garde : « Vos jours sont comptés et vous ne pourrez plus intimider l’Alberta. Ils prennent fin ce soir. »

Après avoir salué les autres premiers ministres provinciaux d’allégeance conservatrice, Jason Kenney s’est adressé en français aux Québécois et au premier ministre du Québec, François Legault, à qui il a tendu la main dans un discours à la dimension canadienne très marquée.

Nous avons besoin de pipelines pour la prospérité de tous les Canadiens, y compris les Québécois.

Jason Kenney

« Nous avons toujours été des alliés naturels, a-t-il dit aux Québécois. Nous croyons dans un fédéralisme respectueux des champs de compétence provinciale », ajoutant avoir « énormément de respect pour [leur] premier ministre » et sa façon de « mettre l'accent sur la croissance économique et de s’engager à éliminer la dépendance du Québec envers la péréquation ».

« Quand l’Alberta est blessée, il nous faut travailler ensemble, a-t-il jouté. Aidez-nous à développer nos ressources naturelles et notre économie. »

Stephen Harper avec sa famille au rassemblement de Jason Kenney à Calgary.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien premier ministre canadien Stephen Harper avec sa famille au rassemblement du PCU et de Jason Kenney à Calgary.

Photo : Radio-Canada

Le discours de Rachel Notley

Le NPD, dont la chef Rachel Notley a été réélue dans la circonscription d'Edmonton-Strathcona, formera l'opposition officielle. Elle devient la première chef de la province à ne pas obtenir un deuxième mandat à sa première tentative.

Sous un tonnerre d'applaudissements et devant une foule qui scandait son nom, Rachel Notley a pris la parole entourée de ses enfants en larmes et de son mari.

« Il y a quatre ans, les Albertains nous ont choisis pour faire un travail. Nous l'avons fait avec intégrité, et aujourd'hui, l'Alberta s'en porte mieux. Je suis très fière de votre travail, et vous devriez l'être aussi », a-t-elle dit aux militants, soulignant les progrès réalisés au cours des quatre ans de son mandat.

Au centre, une femme parle dans un micro, l'air déterminé. Derrière elle, une foule applaudit. Certains ont les yeux pleins d'eau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La cheffe du NPD s'est adressée aux militants du parti, réunis à Edmonton.

Photo : Reuters / Candace Elliott

Au sujet de l’économie, Rachel Notley a défendu son bilan, soulignant que l’Alberta « est plus près que jamais de construire un pipeline et d'exporter [ses] ressources vers de nouveaux marchés ».

« Aujourd’hui, les plus démunis vivent mieux en Alberta parce qu'on a augmenté le salaire minimum », a-t-elle affirmé.

C'est très important pour moi : aujourd'hui, il y a deux fois moins d'enfants qui vivent sous le seuil de la pauvreté que lorsque j'ai été élue.

Rachel Notley, chef du NPD

Dans l’opposition officielle, le NPD « ne va pas arrêter de travailler tant qu'il reste des enfants qui vivent sous le seuil de la pauvreté » et défendra les Albertains qui s'identifient comme LGBTQ+, a soutenu Rachel Notley.

Offrant ses félicitations au futur premier ministre, la chef du NPD a assuré qu’elle travaillerait pour que la transition soit harmonieuse.

Elle a promis de former une opposition constructive et efficace tout en demandant au gouvernement de rendre des comptes. Rachel Notley a assuré qu'elle comptait « défendre [les] valeurs et les décisions qui ont été le fruit des valeurs [du NPD] ».

« Si une chose est vraie, c'est ceci : nous avons changé la politique de notre province à tout jamais, et cela, de manière fondamentale. »

Des mots de félicitations

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a offert ses félicitations à Jason Kenney, tout comme de nombreux autres politiciens au pays.

Le chef du Parti conservateur fédéral, Andrew Scheer, n'a pas tardé à féliciter Jason Kenney sur Twitter, tout comme le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford.

« Les Albertains ont finalement un leader grâce à qui leur province sera tournée vers les affaires et les emplois pour tous », écrit Doug Ford. « L’Ontario vient de gagner un autre partenaire pour lutter en faveur des familles canadiennes et contre la taxe carbone fédérale “tueuse d’emplois”. »

Le premier ministre de la Saskatchewan. Scott Moe, s'est réjoui de l'élection du PCU sur Twitter : « Ce soir, l'Alberta a choisi un gouvernement qui soutient la libre entreprise. La Saskatchewan se réjouit de savoir qu'elle a un allié de plus dans son combat pour les pipelines et contre la taxe sur le carbone désastreuse de Justin Trudeau. »

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, félicite lui aussi Jason Kenney pour son élection et se dit « impatient de travailler avec lui dans l’intérêt de [leurs] deux provinces ».

« Félicitations au premier ministre désigné Jason Kenney et à son équipe! », écrit pour sa part l'ancien premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.

Résultats des tiers partis

Le chef du Parti albertain, Stephen Mandel, est défait dans la circonscription d'Edmonton-McLung.

Le chef du Parti libéral de l’Alberta, David Khan, concède lui aussi la victoire dans Calgary-Mountain View à un autre candidat. Il représentait pour le parti le seul espoir de faire une entrée à l'Assemblée législative.

Derek Fildebrandt, le chef du Parti conservateur libre de l'Alberta, est défait dans Chestermere-Strathmore. C'est Leela Aheer, du Parti conservateur uni, qui remporte la circonscription.

Une campagne de 28 jours

Environ 2,6 millions d'électeurs ont été appelés à choisir leur prochain gouvernement au terme d’une campagne électorale de 28 jours. Le vote par anticipation a été particulièrement populaire cette année. Près de 700 000 électeurs ont voté par anticipation en Alberta, du jamais vu dans la province.

Tous les résultats présentés mardi soir sont préliminaires. Élections Alberta annoncera les résultats officiels, qui comprennent le dépouillement du vote par anticipation, le 26 avril.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta

Alberta

Politique provinciale