•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un criminel accrédité comme bénévole aux Jeux du Québec à Amos

René  Bellemare regarde la caméra dans le palais de justice de La Sarre.
René Bellemare poursuit Mario Robitaille au civil, l'accusant de lui avoir fait perdre son accréditation de bénévole aux Jeux du Québec. (archives) Photo: Radio-Canada / Lise Millette
Jean-Marc Belzile

Une accréditation de bénévole donnée à l'ex-entraîneur d'haltérophilie René Bellemarre lors de la dernière Finale régionale des Jeux du Québec à Amos sème la controverse. Reconnu coupable d'attouchements sexuels sur une personne d'âge mineur, René Bellemarre avait tout de même reçu son accréditation.

Le 27 janvier 2019, René Bellemarre se présente sur le site de compétition avec son accréditation de bénévole.

Il était mandaté comme chargeur de barre sur le plateau de compétition, soit la personne qui installe les poids sur la barre.

René Bellemarre avait ainsi accès aux athlètes et pouvait circuler sans problème sur le site.

Constatant la situation, le président du club d'haltérophilie Héraclès de Rouyn-Noranda, Mario Robitaille, a avisé les organisateurs.

À la suite de discussions avec René Bellemarre, sa carte d'accréditation lui a été retirée.

La Fédération d'haltérophilie du Québec assure avoir pourtant avisé quelques jours plus tôt l'organisation des Jeux du Québec que celui-ci ne pouvait pas être sur un site de compétition étant donné le fait qu'il a été reconnu coupable d'attouchements sexuels sur une personne d'âge mineur.

Chez Loisir et Sports Abitibi-Témiscamingue, qui a le mandat d'accréditer les bénévoles, on a refusé notre demande d'entrevue. L'organisation affirme qu'il n'aurait pas été en contact avec les athlètes.

Il poursuit celui qui l'a dénoncé

René Bellemarre a pris la décision de poursuivre au civil le président du club d'haltérophilie Héraclès de Rouyn-Noranda, Mario Robitaille, puisqu'il juge qu'il était en droit d'être bénévole.

Dans sa requête introductive d'instance, il rappelle qu'il n'a aucune restriction à respecter en ce moment à la suite de sa condamnation.

Il affirme que Mario Robitaille a eu ce comportement afin de nuire à sa réputation et celle de sa famille.

René Bellemarre poursuivait déjà Mario Robitaille pour 50 000 $. Il lui reproche d'avoir partagé sur Facebook des articles de Radio-Canada et du journal Le Citoyen le concernant. Il réclame maintenant 13 000 $ supplémentaires pour un total de 63 000 $.

Pour ce qui est des accusations d'attouchements sexuels sur une personne d'âge mineur, René Bellemarre devrait recevoir sa sentence le jeudi 18 avril.

René Bellemarre n'a pas retourné nos appels.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites