•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'église du Camp Spirit Lake vendue à un particulier

La Corporation du camp Spirit Lake de Trécesson célèbre ses 20 ans.
La Corporation du camp Spirit Lake de Trécesson a vendu l'ancienne église à un particulier. (archives) Photo: Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault
Thomas Deshaies

L'ancienne église de La Ferme du Camp Spirit Lake a été vendue à un particulier. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui la corporation du camp.

Le président par intérim de la Corporation du Camp Spirit Lake, Julien Rivard, se réjouit que l'acheteur, Christopher Clément Proulx, souhaite conserver le bâtiment. Pour lui, l'immeuble, c'est quelque chose d'important et il a l'intention de préserver cette valeur patrimoniale, souligne-t-il.

Il veut faire les travaux nécessaires pour la garder en bon état.

Julien Rivard

L'ancienne église est en piteux état, selon M. Rivard. Il y aurait notamment des problèmes d'infiltration d'eau. On n'était pas en mesure d'entretenir l'église et de payer l'électricité dans le courant de l'hiver, précise M. Proulx. On était certain qu'il y aurait des dommages importants à la fondation et au plancher du sous-sol.

La corporation a accumulé plus de 230 000 $ de dettes, ce qui a poussé les membres du conseil d'administration à vendre l'ancienne église. Le manque de transparence du conseil d'administration a aussi été pointé du doigt.

Nous avons la conviction d'avoir tout fait ce qui est en notre possible pour assurer la survie du camp Spirit Lake.

Julien Rivard

Selon Julien Rivard, l'organisme n'avait plus l'appui de la communauté locale. Je pense que dans le passé, la manière dont Camp Spirit Lake a agi par rapport au milieu local et régional, [l'organisme] s'est vraiment mis à dos tous les intervenants significatifs, déplore-t-il. Ce qui fait que même les appuis élémentaires dont nous avions besoin, notamment pour chauffer l'église pendant l'hiver, nous n'avons pas été capables de les obtenir, même pas de la municipalité locale.

Abitibi–Témiscamingue

Tourisme