•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois pourront apporter leurs contenants réutilisables dans des épiceries

Un contenant de plastique réutilisable sur une balance à nourriture dans une épiecerie
Les commerçants sont de plus en plus nombreux à accepter que les clients apportent leurs contenants pour y mettre leurs achats. Photo: Radio-Canada
Nahila Bendali

La chaîne d'alimentation Metro permettra à ses clients d'apporter leurs contenants de plastique et leurs sacs à glissière pour se procurer des aliments dans tous ses magasins dès le 22 avril. Le géant de l'alimentation Sobey's lui emboîtera le pas d'ici la fin du mois dans certaines de ses succursales.

Chez Metro, les clients pourront donc utiliser leurs propres plats lorsqu’ils achètent des charcuteries, des mets cuisinés, de la viande, du poisson et des pâtisseries.

Les produits seront pesés à l'aide d'un papier balance avant d'être déposés dans le contenant du client tandis que les salades seront placées directement dans le contenant jusqu'à la quantité désirée.

Une étiquette sera ensuite apposée sur le contenant pour sceller le récipient avant le passage à la caisse.

Ce projet a pour objectif de réduire la quantité d'emballages à usage unique.

Exigences

Les contenants et sacs à glissière devront être propres et ne pas être brisés. Les contenants en verre seront refusés en raison des risques de bris lors de leur manipulation. Ceux qui montrent le nom d'une compagnie alimentaire ne seront pas acceptés non plus, tout comme ceux qui affichent un code à barres qui pourrait créer de la confusion.

Trois magasins de la chaîne ont été ciblés pour entreprendre une expérience sur l'usage des contenants réutilisables et des sacs à glissière, soit ceux de L’Ancienne-Lorette, de Drummondville et de Saint-Eustache.

IGA aussi

Le géant de l’alimentation Sobey’s, qui détient notamment la bannière IGA, ira de l’avant avec un projet pilote pour accepter les contenants réutilisables dans 12 succursales à travers la province dès le 29 avril.

Il s’agit de 10 magasins IGA, un Rachelle-Béry et un Marché Tradition.

« On a décidé de lancer ce projet-là parce que des consommateurs l’avaient demandé aux marchands. Ça fait déjà plusieurs mois qu’on travaille là-dessus », affirme Anne-Hélène Lavoie, conseillère aux affaires publiques pour Sobey’s.

Le service sera offert au comptoir des différents départements comme les mets préparés et la charcuterie, mais également pour les produits en vrac.

Le projet pilote s’échelonnera sur plusieurs mois, afin de recueillir les impressions des clients et des employés.

Enjeux de salubrité

Sobey’s insiste pour dire que la salubrité reste sa priorité. « L’employé devra inspecter le contenant pour la sécurité alimentaire », explique Mme Lavoie.

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) impose des directives précises sur les emballages d’aliments, pour assurer l’hygiène et la salubrité de la nourriture.

Le grossiste indépendant de Québec Le Frigo pour sa part acceptait les contenants de plastique réutilisables à la demande des clients, mais l’initiative a été arrêtée en janvier, pour des raisons de salubrité.

Certains clients se présentaient avec des contenants peu hygiéniques, avec des poils de chat ou des restants de sauce à spaghetti, explique la directrice générale de l’établissement, Diane Guillot.

« Il faut encore conscientiser les gens à mieux nettoyer les plats », croit-elle.

MAPAQ : exigences relatives aux contenants, ustensiles et emballages

Tout récipient, emballage, appareil, dispositif, ustensile ou objet utilisé pour recueillir, mesurer, conserver, transporter, livrer ou servir le produit, doit être propre, le cas échéant aseptique, bien conditionné, apte à résister à l’action éventuelle du produit et à protéger efficacement celui-ci contre tout danger de pollution, de contamination ou d’altération.

Il ne doit pas être susceptible de transmettre au produit un goût, une odeur ou impureté quelconque, ni avoir été exposé à quelque cause d’insalubrité, ni avoir renfermé quelque substance dont le voisinage ou le contact serait de nature à compromettre la qualité ou la salubrité du produit.

Source : ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Avec les informations de La Presse canadienne

Consommation

Alimentation