•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente de principe entre la Co-op de Saskatoon et les employés

Trois personnes marchent avec des gilets inscrits : en grève.
Des employés ont défilé devant le supermarché Saskatoon Co-op lundi matin. Photo: Jason Warick / CBC
Radio-Canada

Après plus de cinq mois de grève, les responsables syndicaux de la Co-op de Saskatoon ont confirmé qu'une entente de principe avait été conclue avec la partie patronale. L'entente sera présentée aux membres du syndicat et soumise à un vote mardi.

Après avoir tenu des rencontres, en compagnie du médiateur, au cours de la fin de semaine, une entente de principe a finalement été conclu entre le syndicat et la coopérative.

Environ 900 travailleurs vont se prononcer sur l'accord, mardi, dans le but de mettre un terme à la grève qui dure depuis le 1er novembre dernier.

D'ici la tenue du vote, ni l'employeur ni le syndicat n'a voulu divulguer les détails de l'entente.

Un employé en grève, John Thompson, avoue ne pas savoir à quoi s'attendre si les employés acceptent la proposition de leur syndicat.

Il craint que ce long conflit de travail laisse des traces.

Un homme avec un capuchon bleu marine, des lunettes et une barbe avec d'autres manifestants. John Thompson est un employé en grève. Il travaille habituellement dans le secteur de l'alimentation. Photo : Jason Warick / CBC

Il y a quelques personnes sur la ligne de piquetage qui étaient là lors de la grève de 1983. Elles ont une bonne compréhension de ce qui peut arriver [...] Je ne sais pas comment ça va aller.

John Thompson, employé en grève

Des centaines de travailleurs étaient en grève à Saskatoon, à Warman, à Hepburn, à Dalmeny, à Waldheim et à Rosthern.

C’est vraiment une première pour moi d’être engagée dans une ligne de piquetage qui dure depuis si longtemps.

Lucy Flack Figueiredo, employé en grève

Rémunération des nouveaux employés

Les membres du Syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) ont voté pour une grève le 1er novembre afin de s’opposer à l’inclusion, par leur employeur, d’une clause de disparité de traitement dans la nouvelle convention collective.

Selon cette formule, les employés nouvellement embauchés recevraient moins d'argent que les travailleurs actuels. Ce qui n'était pas acceptable pour le syndicat.

Avec les informations de David Shield, de CBC News

Saskatchewan

Emploi