•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découvrez les comédiens du tout premier film Netflix tourné au Québec

Logo

Logo

Photo : Netflix

Radio-Canada

On connaît désormais le nom des acteurs principaux qui prennent part à la distribution du film Jusqu'au déclin, le premier long métrage québécois produit par le géant du visionnement en continu Netflix. Entre autres, Réal Bossé (19-2) et Marc-André Grondin (Crazy, Les affamés) participent à ce film, dont la sortie serait prévue pour le mois de novembre.

À ceux-ci s'ajoutent les comédiens Guillaume Laurin (Fourchette), Marie-Évelyne Lessard (19-2), Marc Beaupré (Série noire), Marilyn Castonguay (Plan B), Guillaume Cyr (Louis Cyr), Isabelle Giroux (Ruptures), Juliette Maxyme Proulx, qui viennent de terminer le tournage du premier film Netflix original réalisé au Québec.

Survivalistes à l'écran

Dans ce thriller, Antoine, un jeune père (Guillaume Laurin), décide d’aller dans une base située au fond des bois suivre une formation de survivalisme donnée par Alain, un expert bien connu sur les réseaux sociaux (Réal Bossé).

À la suite d’un grave accident, Antoine et une ancienne soldate (Marie-Évelyne Lessard) essaient tant bien que mal de livrer les informations de ce drame aux autorités policières en tentant d’échapper aux hostilités des autres participants du camp.

Le film est réalisé par Patrice Laliberté et scénarisé par le trio formé de Laliberté lui-même, de Nicolas Krief, et de Charles Dionne. La production du film est assurée par Couronne Nord, dont le comédien Guillaume Laurin est le cofondateur.

Pour s’assurer de livrer une intrigue réaliste, Patrice Laliberté et Guillaume Laurin sont allés rencontrer de vrais survivalistes québécois pour observer leurs pratiques. Le comédien a d’ailleurs dormi en forêt avec eux.

Rapidement, on s’est rendu compte que ce qu’on avait écrit à la base comme scénario correspondait à la réalité, a expliqué Guillaume Laurin en entrevue avec Catherine Richer, la chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18.

Un tournage en plein hiver

L’intrigue se déroule en plein cœur de l’hiver québécois, ce qui signifie que le tournage de 31 jours n’a pas été de tout repos.

L’hiver a fait son bout de chemin avec nous. Ça a été assez aride. On parle de températures entre -25 °C et -40 °C, a expliqué Guillaume Laurin.

On a tourné deux semaines de nuit, et je dirais que c’est de loin l’expérience la plus extrême que j’ai vécue.

Guillaume Laurin, comédien

Budget Netflix

On apprenait en novembre dernier que Netflix allait produire un premier film tourné exclusivement au Québec.

En entrevue à l’émission Le 15-18, le réalisateur Patrice Laliberté avait soutenu que « ce premier long métrage de [la boîte de production] Couronne Nord n’aurait probablement jamais vu le jour » si ça n’avait été de Netflix.

Après avoir approché les différentes institutions culturelles pour obtenir du financement, l’équipe n’a réussi à obtenir que 125 000 $ de Téléfilm Canada.

« C’était impossible de faire ça avec 125 000 $, a affirmé Patrice Laliberté. Sinon, ça aurait été dans un mode de bénévolat. »

Le budget accordé par Netflix gravite autour des 5 millions de dollars. Ça a permis à Patrice de rêver plus grand. On a des effets visuels, on a des cascades, on avait plus de moyens, a expliqué la productrice et cofondatrice de Couronne Nord, Julie Groleau, en entrevue avec Catherine Richer.

La productrice ignore pour le moment si le film produit par Netflix sera diffusé au cinéma, comme ça a été le cas pour Roma. C’est certain, on est pour la multiplication des plateformes de diffusion, a-t-elle ajouté.

Il n’y a pas de date de sortie prévue pour le film, dont on vient d’entamer la postproduction. Guillaume Laurin et Julie Groleau rappellent toutefois qu’il s’agit d’un film hivernal, et qu’il serait approprié de le diffuser en saison.

Cinéma

Arts