•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère de famille assassinée à La Tuque

Marie-Ève Naud, une femme d'affaires et mère de famille de La Tuque, aurait été assassinée.

Marie-Ève Naud, une femme d'affaires et mère de famille de La Tuque, aurait été assassinée.

Photo : Facebook Marie-Ève Naud

Marie-Pier Bouchard

Une femme de 42 ans aurait été tuée par un homme de 44 ans, lundi matin à La Tuque. Ce dernier se serait par la suite enlevé la vie. Bien que la Sûreté du Québec (SQ) ne confirme pas le lien qui unissait ces deux personnes, cet événement a toutes les apparences d'un drame familial.

Selon nos informations, la victime serait Marie-Ève Naud, une femme d’affaires et mère de deux jeunes enfants bien connue à La Tuque.

Elle aurait été abattue dans sa maison de la rue des Acacias, située dans un quartier résidentiel que tout le monde décrit comme paisible. C'est à cet endroit que son corps aurait été trouvé.

Les voisins affirment que c’est une famille avec deux enfants qui habitait la maison de la rue des Acacias.

Un ruban orange et une voiture de la SQ devant une résidence de La Tuque

Un périmètre a été érigé lundi matin devant cette résidence de la rue des Acacias, à La Tuque.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

L’homme de 44 ans dans cette histoire se serait ensuite rendu près d’une résidence d’un membre de la famille de Mme Naud, sur la rue Iberville, où il se serait enlevé la vie.

Ces informations recueillies par Radio-Canada n'ont pas toutes été confirmées par les autorités.

La porte-parole de la Sûreté du Québec affirme que deux personnes ont été trouvées mortes à La Tuque, une femme de 42 ans et un homme de 44 ans, et qu'il s'agit d'un meurtre suivi d’un suicide.

Ce sont les enquêteurs des crimes contre la personne qui sont en charge du dossier pour tenter de comprendre ce qui s’est passé, la séquence des événements, ajoute la porte-parole, Christine Coulombe.

Enquêteurs, patrouilleurs, experts en identité judiciaire, postes de commandement : il y a eu beaucoup de va-et-vient lundi dans les rues Acacias et Iberville qui ont été le théâtre d’un imposant déploiement policier.

Poste de commandement et véhicules de la Sûreté du Québec dans un quartier résidentiel.

Déploiement policier majeur sur la rue des Acacias à La Tuque.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Des voisins et des collègues sous le choc

Les voisins de Marie-Ève Naud affirment qu’ils n’ont eu connaissance de rien, mais ils étaient tous visiblement ébranlés lors de notre passage lundi.

C’est un secteur tranquille, il ne se passe jamais rien ici, nous a confié une femme qui habite à deux maisons de la résidence où le drame s’est joué. C’est triste pour les enfants, ça n’a pas de bon sens, ajoute-t-elle.

On la connaît, c’est sûr que ça fait quelque chose. On connaît bien son père, c'est le propriétaire du IGA, a ajouté un autre voisin, la voie nouée par l'émotion.

L’histoire s’est rapidement répandue dans la petite communauté de la Haute-Mauricie où Mme Naud était visiblement très appréciée, entre autres par ses collègues de travail chez IGA.

Les employés rencontrés au marché d’alimentation avaient le visage long et l'ambiance était très lourde sur place.

Partout où nous sommes passés au cours de la journée, c’était le principal sujet de discussion dans cette petite communauté de la Haute-Mauricie.

Invitation du curé

Interpellé par le drame, le prêtre de la paroisse Saint-Martin-de-Tours, Marc Lahaie, n’a pas tardé à réagir.

Il a annoncé sur sa page Facebook que l’église Saint-Zéphirin, à La Tuque, allait être ouverte plus longtemps lundi soir pour tous ceux qui ressentiraient le besoin de se recueillir.

À La Tuque, tout le monde se connaît et aussitôt que les noms des gens commencent à circuler, c’est comme une traînée de poudre, raconte le prêtre.

On est impliqués parce qu’on connaît des membres de la famille et on les estime. C’est tout le monde qui est touché.

Marc Lahaie, prêtre de la paroisse Saint-Martin-de-Tours
Intérieur d'une église.

L'intérieur de l'église Saint-Zéphirin à La Tuque, en Haute-Mauricie.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Mauricie et Centre du Québec

Crimes et délits