•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque de soutien dans les garderies pour les enfants à besoins spéciaux

Gros plan sur les chaussures d'un garçon debout sur une trottinette.
Un programme d'aide financière pour les enfants à besoins spéciaux aurait des ratés, selon des parents et des propriétaires de garderie. Photo: Getty Images / catalby
Camille Bourdeau

Des parents et des propriétaires de garderies s'inquiètent du manque de soutien offert aux enfants à besoins spéciaux, malgré l'existence d'un programme d'aide financière.

Au Nouveau-Brunswick, les garderies éducatives agréées doivent respecter une politique d'inclusion en offrant leurs services aux enfants à besoins spéciaux.

Afin de répondre à cette exigence, le gouvernement a mis sur pied le programme amélioré des travailleurs de soutien. Ce programme vise à soutenir les éducatrices en finançant l’embauche de travailleurs de soin.

Mais selon plusieurs propriétaires de garderies, le programme est surchargé et les ressources sont insuffisantes.

Ils sont dépassés par la surcharge de demandes, lance Melissa LeBlanc, la propriétaire de la garderie Mon école, à Notre-Dame.

À la garderie ABC à Moncton, presque toutes les demandes ont été refusées.

Stephanie MacMullin Sunzu à la garderie dont elle est propriétaire.Stephanie MacMullin Sunzu, propriétaire de la garderie ABC à Moncton, croit que le programme amélioré des travailleurs de soutien est à bout de souffle. Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

On a demandé pour quatre travailleurs de soutien cette année. Sur 175 enfants, ce n’est pas un grand nombre. On a reçu seulement une personne à temps partiel pour ces quatre demandes, alors qu’avant, on recevait des fonds pour trois travailleuses de soutien, explique Stephanie MacMullin Sunzu, propriétaire de la garderie ABC.

De la paperasse et des mois d’attente

Melissa LeBlanc questionne le processus d’attribution des fonds puisque certains enfants attendent plus longtemps que d’autres sur des listes d’attentes.

Melissa LeBlanc à son bureau.Melissa LeBlanc passe plusieurs heures par semaine à remplir des demandes pour obtenir le soutien dont ont besoin les éducatrices et les enfants de sa garderie. Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Elle critique également la complexité des démarches pour obtenir l’aide du programme.

C’est beaucoup de travail. Il faut faire plusieurs appels, envoyer des courriels et parfois même rédiger des lettres à la main.

Melissa LeBlanc, propriétaire de la garderie Mon école

Elle se désole de voir autant de parents recevoir une lettre de refus pour l’aide réclamée.

Des parents inquiets

Le fils de Nicole Landry est atteint d’autisme. Il a besoin d’un soutien constant à la garderie, car il n’arrive pas à reconnaître le danger.

S’il voit un film où un super-héros saute du toit d’une maison, il va penser que c’est une bonne idée, il ne pense pas à la conséquence ou au danger qui vient avec ça.

Nicole Landry, mère d’un enfant à besoins spéciaux

Comme plusieurs parents, elle attend d’obtenir l’aide du programme depuis plus d’un an.

Nicole Landry et son fils sur son vélo.Nicole Landry estime qu'un travailleur de soutien est essentiel pour veiller à la sécurité de son fils Cédric, atteint d'autisme. Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Afin de veiller à la sécurité de son fils à la garderie, elle s’est tournée vers le ministère du Développement social, mais elle craint que les ressources s'épuisent.

On n’a pas de directives. Tout de suite, on a le soutien du [ministère du] Développement social, mais est-ce que ça va durer?, demande Mme Landry.

Si son fils perdait le soutien nécessaire à sa sécurité, Nicole Landry ne voit pas d’autres options que de cesser de travailler pour garder son fils à la maison.

Le ministère de l'Éducation et du Développement de la petite enfance n'a pas donné d'explications à Radio-Canada concernant les nombreuses demandes des parents qui sont en attente d'une réponse ou qui ont été rejetées..

Nouveau-Brunswick

Enfance