•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partielle dans Rideau-Rockcliffe : la langue et l'inclusion parmi les priorités des électeurs

Des pancartes électorales de nombreux candidats sont plantées sur un terrain.

Pas moins de 17 candidats ont fait campagne dans Rideau-Rockcliffe en vue de l'élection partielle de lundi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'inclusion sociale, le français et la diversité figurent parmi les principaux enjeux qui guideront les quelque 27 000 électeurs appelés aux urnes, lundi, dans le cadre de l'élection municipale partielle dans le quartier Rideau-Rockcliffe.

Incluant à la fois le secteur cossu de Rockcliffe Park et celui plus modeste d'Overbrook, le quartier en est un de contrastes sociaux et d'écarts de richesse, note Caitlyn Hunter. Dans ce contexte, cette résidente veut élire quelqu'un qui saura représenter la majorité de ses concitoyens.

Chaque personne dans notre société est importante. Si vous n’acceptez pas tout le monde et regardez les gens de haut, c’est inacceptable, martèle Mme Hunter.

Elle souhaite que tous les groupes démographiques du quartier se déplacent lundi pour faire entendre leur voix et pour s'assurer que leurs besoins seront pris en compte.

Denise Brennan abonde dans le même sens. C’est pourquoi elle souhaite élire un candidat très engagé dans la communauté, comme l’était à ses yeux l’ancien conseiller Tobi Nussbaum.

On est un quartier très mélangé, en termes de richesse. C’est bon d’inclure tout le monde dans le portrait.

Denise Brennan, résidente de Rideau-Rockcliffe

Les électeurs de Rideau-Rockcliffe doivent élire, parmi 17 candidats, un successeur à M. Nussbaum. Ce dernier a été nommé à la tête de la Commission de la capitale nationale (CCN) en décembre, quelques semaines seulement après son élection.

Lors des élections municipales du 22 octobre dernier, M. Nussbaum avait défait son seul adversaire, Peter Heyck, avec un total de 7334 voix contre 1774.

Résidente du quartier depuis plus de trois ans, Allison Calvern favorise quant à elle une plus grande représentation de la diversité au niveau municipal. Rideau-Rockcliffe est, selon elle, un bouquet de couleurs, de cultures, et elle souhaite influencer la politique en ce sens.

La langue au premier plan

Paul Monette, qui a voté par anticipation, a choisi un candidat d’abord et avant tout en fonction des enjeux linguistiques. Selon le dernier recensement de Statistique Canada, la population de Rideau-Rockcliffe est à 29 % francophone.

Pour moi, c’est très important de voter pour quelqu’un de français, surtout dans l’est de l’Ontario, affirme le Franco-Ontarien d’origine autochtone.

Dans la foulée des compressions du gouvernement ontarien dans les services en français, M. Monette réclame d’ailleurs davantage d’appuis au niveau municipal.

Il faut que quelqu'un nous représente dans notre langue.

Paul Monette, résident de Rideau-Rockcliffe

En vue du scrutin, l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO) a envoyé un sondage aux candidats en lice afin de connaître leurs vues quant aux enjeux francophones.

En tout, 11 des 17 aspirants conseillers ont répondu au sondage. Il s'agit de :

  • Kasia Adamiec
  • Marc Dorgeville
  • Johan Hamels
  • Miklos Horvath
  • Peter Jan Karwacki
  • Rawlson King
  • Maurice Lamirande
  • Patrick Mayangi
  • Oriana Ngabirano
  • Sheila Perry
  • Penny Thompson

Ils ont tous dit parler le français, mais seulement 9 d’entre eux ont rempli le questionnaire de l’ACFO Ottawa dans la langue de Molière.

De voir que 100 % des répondants ont une base en français et respectent l'importance de l'accès aux services en français dans leur région, pour moi, ça démontrait une bonne volonté des politiciens, explique la directrice générale de l'organisme, Ajà Besler. Elle croit que cette sensibilité est le résultat de la mobilisation des Franco-Ontariens dans les derniers mois.

Avec les informations de Jean-François Poudrier

Ottawa-Gatineau

Politique municipale