•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du temps doux et du public pour le 43e Aquaneige de Val-d'Irène

Un skieur descend une pente au pied de laquelle se trouve un lac.
Un participant de l'Aquaneige fonce vers le lac Pikalo Photo: Radio-Canada / Joane Bérubé
Radio-Canada

C'était en fin de semaine le 43e Aquaneige organisé par le Parc régional de Val D'Irène. Comme par les années passées, la traversée du célèbre lac Pikalo a attiré une foule nombreuse, notamment durant la journée de samedi.

Les événements comme l’Aquaneige sont importants pour les stations de ski. À la fin de l’hiver, plusieurs amateurs de glisse délaissent les pentes.

L’Aquaneige, avec les compétitions, les activités familiales et les spectacles, permet de relancer l’intérêt du public et des skieurs, explique le directeur du Parc régional de Val-d'Irène, Germain Barrette.

Si on n’a pas d’événements comme ceux-là, ce n’est plus vraiment rentable, souligne M. Barrette.

Un homme avec une chemine à carreaux assis derrière un bureau avec un ordinateur portable ouvert devant lui.Le directeur du Parc régional de Val-d'Irène, Germain Barrette Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Quelque 135 participants étaient inscrits cette année à la compétition qui attire des gens de partout au Québec et du Nouveau-Brunswick.

L'Aquaneige était pour la première fois cette année ouvert aux plus jeunes. L’initiative se veut un moyen de bâtir une relève pour la compétition.

Une trentaine de jeunes se sont inscrits à l’Aquajeunes, ce qui est bon signe pour le futur, estime M. Barrette.

Un tableau qui indique le no du coureur, sa vitesse et sa distance.Tableau des résultats à l'Aquaneige de Val D'Irène Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Une bonne saison, malgré la météo

La saison a été excellente, malgré les soubresauts de mère nature et un hiver de grands froids et de grands vents, souligne le directeur du Parc de Val-d’Irène. La saison n’a raté aucun des rendez-vous de l’hiver que sont la période des fêtes et la semaine de relâche.

Ainsi, même si la station ne possède pas de canons à neige, la station a su traverser sans trop de mal le redoux et la pluie de décembre.

Ça tient un peu du miracle, relève Germain Barrette, on a réussi quand même à ouvrir l’ensemble des pentes de ce côté-ci de la montagne. Il y avait un peu de terre ici et là qu’on a réussi à baliser. En comparaison, poursuit M. Barrette, le Mont-Tremblant avait une dizaine de pistes ouvertes sur plus de 130.

Le nombre de cartes de saison est demeuré presque le même que celui de l’an dernier. Toutefois, la station a vendu plus de billets quotidiens et plus de billets à la demi-journée. La rentabilité a donc été au rendez-vous.

Des gens dehors en habit de skiL'Aquaneige permet à la station de prolonger sa saison. Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Encore une fois, cette année, la clientèle des provinces maritimes a aidé la station. C’est de l’argent qui vient de l’extérieur, fait valoir Germain Barrette. Il y a même des gens qui ont des chalets ici qui viennent de Halifax, de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick. C’est notre clientèle la plus importante.

La station, qui a connu d’importantes difficultés financières, traîne toujours une certaine dette. Mais ça se passe bien, assure le directeur, on réussit même à payer d’avance des dettes qu’on ne prévoyait pas payer aussi vite.

L’important, c’est de conserver ce qu’on a et de maintenir nos équipements neufs en bon état. C’est ce qu’on réussit à faire présentement et on est bien contents.

Germain Barrette, directeur du Parc régional de Val-d'Irène

La saison du Parc régional de Val-d'Irène devrait se conclure la fin de semaine prochaine à l'occasion du long congé de Pâques.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Événements sportifs