•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions : la gestion du parc provincial de la plage Murray confiée au privé

Compressions dans le secteur touristique au Nouveau-Brunswick
Radio-Canada

Le parc provincial de la plage Murray sera confié au secteur privé et un centre d'information touristique situé à la frontière du Nouveau-Brunswick ferme ses portes.

Ce sont là deux des premiers effets ressentis par le secteur du tourisme au Nouveau-Brunswick, frappé par les compressions budgétaires prévues dans le premier budget du gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs.

Le gouvernement va céder l’exploitation du parc provincial de la plage Murray, à proximité du pont de la Confédération, à une entreprise du secteur privé à compter de 2020. Un processus d’appel d’offres sera lancé l’automne prochain.

La plage Murray au Nouveau-Brunswick le 14 avril 2019.Le parc provincial de la plage Murray, à Petit-Shemogue au Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Le ministère compte épargner 147 000 $ par an en confiant l’exploitation du parc à un tiers, indique Stéphanie Bilodeau, directrice des communications au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture.

Le gouvernement a aussi décidé de fermer le centre provincial d’information aux visiteurs d’Aulac, qui est en quelque sorte la porte d’entrée du Nouveau-Brunswick pour les visiteurs arrivant de la Nouvelle-Écosse.

En raison de cette position stratégique, ce centre d’information fait la promotion des destinations touristiques de l’ensemble du Nouveau-Brunswick, selon la députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton.

Megan Mitton devant le centre d'information aux visiteurs d'Aulac le 14 avril 2019.Megan Mitton, députée du Parti vert dans Tantramar-Memramcook. Photo : Radio-Canada

Je pense que ça va avoir un impact sur pas seulement cette région de Tantramar et de Memramcook, mais aussi dans la province, affirme la députée du Parti vert.

Du mauvais côté de la route?

Le gouvernement n’est pas de cet avis et soutient que le centre situé au 158 de la route Aulac se trouverait du mauvais côté de la Transcanadienne.

Au ministère du Tourisme, la porte-parole Stéphanie Bilodeau a souligné dimanche dans un courriel à Radio-Canada qu’un comité de révision des programmes avait recommandé la fermeture de ce centre en 2016.

Vu l’emplacement du centre d'information aux visiteurs d'Aulac à un point de sortie de la province et non à un point d’entrée, de nombreux visiteurs pensent qu’il s’agit d’un centre d'information touristique de la Nouvelle-Écosse. Par conséquent, ce centre n'entraîne pas une augmentation des visites au Nouveau-Brunswick, écrit Mme Bilodeau.

Une femme d’affaires de la région, Gisèle Landry, regrette la fermeture du centre d’Aulac.

Lorsque tu as une petite entreprise, en campagne en plus, les centres touristiques sont importants, dit la propriétaire du Bistro Le Chat Bleu, à Baie Verte, à une vingtaine de kilomètres d'Aulac.

Le centre provincial d’information aux visiteurs d’Aulac, au Nouveau-Brunswick.Le centre provincial d’information aux visiteurs d’Aulac, au Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada

Le centre d'information lui servait de courroie de transmission auprès des touristes en route vers la Nouvelle-Écosse ou l'Île-du-Prince-Édouard, dit-elle.

Même que parfois le centre m'appelait, "avez-vous de la place?", parce qu’ici pendant l'été, c'est complet presque toujours, affirme Mme Landry.

D’après des informations et un reportage de Jean-Philippe Hughes

Nouveau-Brunswick

Tourisme