•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation de Kashechewan déclare l'état d'urgence

Affiche de la Première Nation de Kashechewan sur la côte ouest de la baie James.

Thunder Bay est au nombre des villes qui accueillent des résidents de Kashechewan lors de la crue des eaux printanières.

Photo : CBC/Erik White

Radio-Canada

L’évacuation des 2500 résidents de la Première Nation de Kashechewan débutera dès lundi. Les crues printanières forcent encore cette année l'évacuation de la communauté autochtone située au bord de la baie James, dans le Nord de l'Ontario.

Les enfants, les jeunes familles et les aînés commenceront à quitter le village lundi et les évacuations se poursuivront toute la semaine, selon le ministère des Services aux Autochtones.

Cornwall, Thunder Bay, Kapuskasing et Timmins seront les villes d'accueil des évacués.

Le scénario se répète depuis 2005 dans cette Première Nation, qui a déclaré l'état d'urgence.

Jonathan Solomon est le grand chef du conseil Mushkegowuk, qui regroupe sept Premières Nations dans le Nord-Est de l’Ontario.

Jonathan Solomon est le grand chef du conseil Mushkegowuk, qui regroupe sept Premières Nations dans le Nord-Est de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Les membres de la communauté ont donné voix à leur frustration cette semaine en affirmant qu’ils étaient prêts à déménager sans l’aide du gouvernement fédéral.

Que faut-il faire pour bénéficier d'un processus accéléré [pour déménager]?, se questionne Jonathan Solomon, le grand chef du conseil Mushkegowuk, qui regroupe Kashechewan et six autres nations. Est-ce qu'il va falloir qu'il y ait des morts? C'est ce qu'ils attendent ? Ça frustre la communauté.

Le ministre des Services aux Autochtones Seamus O'Regan, a soutenu que l'engagement pour un plan à long terme de déménagement de la communauté n'a pas changé.

En ce moment, nous travaillons avec les membres de la communauté sur les aspects techniques du déménagement, par exemple, l'achat d'un terrain ou autre, et ces aspects prennent du temps, un peu plus même qu'on l'aimerait.

Seamus O'Regan, ministre des Services aux Autochtones

D'ici là, notre personnel ainsi que les dirigeants de la communauté sont en communication constante pour s'assurer, une fois de plus, que ce déplacement ait lieu sans accrochage, a conclut le ministre.

Nord de l'Ontario

Société