•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’orme centenaire de la colline du Parlement n’est plus

Un arbre et une statue noire.
L'orme sous lequel se trouvait la statue de Sir John A. Macdonald a finalement été coupé. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un orme d'Amérique centenaire qui trônait sur la colline du Parlement a finalement été coupé, et ce, malgré les multiples plaidoyers des groupes qui militaient pour sa sauvegarde.

Samedi soir, il ne restait plus que des clôtures de construction à l'endroit où trônait jusqu'alors l’arbre haut de cinq étages qui jetait de l’ombre sur la statue de Sir John A. Macdonald, à l’est de l’édifice du Centre.

Reconnaissable dans des photos datant des années 1920, l’orme bloquait le chantier de construction du futur centre des visiteurs de la colline du Parlement. Ces travaux ont lieu dans le cadre de la réfection de l'édifice du Centre, laquelle prendra une dizaine d'années.

Un mémorial pour l'orme

Nous nous étions en quelque sorte réconciliés avec l’idée que nous ne pourrions pas le sauver, a dit Paul Johanis, président de l'Alliance pour les espaces verts de la capitale du Canada.

Le groupe a milité pour la préservation de l’orme pendant les travaux, mais n’a pas été en mesure de convaincre une commission parlementaire qui avait été mandatée de décider de ce qui adviendrait de l’arbre.

M. Johanis a indiqué que des membres du groupe surveillaient quotidiennement la webcaméra de la colline du Parlement. Lorsqu’ils ont vu les équipes de travailleurs, samedi matin, ils savaient que l’heure de l’orme avait sonné.

Quelques-uns de nos membres sont allés et ont pris des photos, a dit M. Johanis. Nous allons faire une sorte de mémorial pour l’arbre, un genre d’avis nécrologique.

Un homme pose pour la caméra près d'une statue sous un arbre sur la colline du Parlement à Ottawa.Paul Johanis voulait à tout prix sauver l'orme du Parlement, devant lequel il a posé pour cette photo avant sa disparition (archives). Photo : CBC/Giacomo Panico

« Un réconfort »

Pour justifier sa décision, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), le ministère responsable des rénovations de l’édifice du Centre, s’est basé sur un rapport datant de 2018, dans lequel un arboriste affirmait que l’arbre était dans un mauvais état et qu’il était tenu par des câbles.

Jennifer Garrett, la directrice générale du programme de réhabilitation de l’édifice du Centre, avait dit en février que la meilleure idée serait de couper l’arbre et de se servir du bois pour des projets commémoratifs.

Par ailleurs, du matériel génétique de l’orme a été collecté par le projet Elm Recovery de l'Université de Guelph, en Ontario. M. Johanis a affirmé que ces échantillons servent à faire pousser 50 jeunes ormes. Ces derniers pourraient, un jour, être plantés sur la colline du Parlement, poursuivant l’histoire de l’orme centenaire. Pour M. Johanis, il s'agit d'un réconfort.

[Nous croyons que] dans quelques années, nous pourrons revoir des ormes descendants de cet orme qui seront plantés sur la colline du Parlement.

Paul Johanis, président de l'Alliance pour les espaces verts de la capitale du Canada

Cet arbre n’a pas survécu, mais il est devenu célèbre en quelque sorte, a mentionné M. Johanis. Alors, peut-être deviendra-t-il l’étincelle qui va alimenter nos efforts pour sauver nos forêts urbaines et nos arbres matures.

M. Johanis a d'ailleurs soutenu que SPAC lui a mentionné que le bois de l'orme sera possiblement utilisé pour des ameublements dans la nouvelle Chambre des communes.

Avec les informations de Trevor Pritchard

Ottawa-Gatineau

Faune et flore