•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Pickering : la police régionale de Durham intensifie ses recherches

Une photo imprimée d'un jeune homme portant une casquette est affichée sur un arbre, près de là où il est décédé.
Matthew Ruscitti, 24 ans, a été tué par balle sur le 7 avril 2019 dans le stationnement d'un complexe récréatif. Photo: Radio-Canada / Paul-André St-Onge
Radio-Canada

Près d'une semaine après la fusillade qui a coûté la vie à un jeune homme de Pickering, la police régionale de Durham a décidé de déploiyer des ressources supplémentaires pour interroger des témoins et recueillir de nouveaux indices.

Matthew Ruscitti, 24 ans, a été abattu vers 6 h en matinée, le dimanche 7 avril dernier, dans le stationnement d'un complexe récréatif. Après avoir sillonné les rues de Pickering durant la semaine, la police n'a toujours arrêté aucun suspect en lien avec cette affaire.

Ce week-end, des agents ont mis en place un véhicule de commandement mobile sur les lieux du drame, espérant parler à des témoins qui pourraient les aider à rassembler des indices supplémentaires.

Un camion de la police régionale de Durham est stationné sur un parking.Une station mobile de la police régionale de Durham a été installée près du complexe récréatif où a eu lieu la fusillade. Photo : Radio-Canada / Paul-André St-Onge

Nous sommes de retour ce week-end afin de rencontrer des gens à qui nous n'avons pas parlé pendant la semaine, a expliqué le sergent John Taylor de la police de Durham. Nous espérons obtenir plus d'information de leur part, mais aussi des vidéos, a-t-il ajouté.

Le sergent John Taylor répond au question de Radio-Canada.Le sergent John Taylor, de la police régionale de Durham. Photo : Radio-Canada / Paul-André St-Onge

Le sergent Taylor affirme qu'il est encore trop tôt pour connaître les motivations qui ont conduit à ce crime, mais pense qu'il ne s'agit pas d'un homicide perpétré par hasard.

Certains habitués du centre n'arrivent toujours pas à y croire. Je suis sous le choc que ça ait pu se passer ici, dans un quartier familial, a commenté Ramona Matthews, une résidente de Pickering, au micro de Radio-Canada. Je viens dans le quartier régulièrement, c’est pourquoi c’est un peu perturbant.

Janet Limeback est venu au complexe récréatif samedi matin avec sa fille. « C’est toujours choquant quand ce genre de chose survient, surtout près d’un centre communautaire, où il y a une communauté, des enfants et des familles qui viennent visiter les installations », a-t-elle déclaré.

Photo de la façade extérieure du complexe récréatif de Pickering.Vue extérieure du complexe récréatif de Pickering. Photo : Radio-Canada / Paul-André St-Onge

Une autre riveraine, Bibi Samuel, dit être très prudente dans ses déplacement la nuit, mais ne veut pas laisser la tragédie affecter sa vie de tous les jours. Vous ne pouvez pas vivre votre vie en vous demandant ce qui pourrait arriver, a-t-elle conclu.

Il s'agit du troisième homicide à survenir dans la région de Durham depuis le début de l’année.

Avec les informations de Charlotte Mondoux-Fournier

Toronto

Homicide