•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme au regard sérieux et qui porte des lunettes s'apprête à faire un discours.

Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong-un, à Pyongyang en septembre 2018

Photo : Getty Images / Pool

Reuters

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré qu'il était disposé à rencontrer une nouvelle fois le président américain Donald Trump seulement si les États-Unis changeaient d'attitude à l'égard de la Corée du Nord, a rapporté samedi l'agence de presse officielle nord-coréenne.

Kim Jong-un laisse aux États-Unis « jusqu'à la fin de l'année » pour se décider, a indiqué la KCNA.

S'exprimant devant l'Assemblée populaire suprême, le numéro un nord-coréen a déclaré que le sommet de Hanoï avait soulevé de vives interrogations sur la logique des démarches entreprises par Pyongyang sur la scène internationale, avec l'ouverture de discussions sur la dénucléarisation avec Washington.

« Cela nous rend prudents quant à la volonté réelle des États-Unis d'améliorer les relations » entre les deux pays, a dit le leader nord-coréen, cité par l'agence de presse.

Kim Jong-un et Donald Trump se sont rencontrés à deux reprises, le 12 juin dernier à Singapour puis les 27 et 28 février à Hanoï. S'ils ont affiché leur bonne volonté, les deux dirigeants ne sont pas parvenus à conclure un accord sur l'abandon des programmes balistique et nucléaire nord-coréens.

Les négociations sont au point mort depuis l'échec du sommet de Hanoï, imputé par Donald Trump aux exigences de Kim Jong-un qui, selon le président américain, réclamait une levée immédiate de toutes les sanctions visant la Corée du Nord du fait de ses activités nucléaires et balistiques.

Lors de cette rencontre, Trump a remis à Kim une feuille de papier l'enjoignant à transférer aux États-Unis les armes nucléaires et le combustible nord-coréens, selon ce document que Reuters a pu consulter.

À Hanoï, les États-Unis ont émis des propositions « totalement irréalisables », a déclaré Kim Jong-un, selon les propos rapportés par la KCNA, et n'étaient « pas vraiment prêts à
discuter avec nous en face à face pour résoudre le problème ».

« Ce genre de raisonnement ne permettra pas aux États-Unis de nous faire bouger d'un iota même après une centaine ou un millier de rencontres, et ils ne pourront pas obtenir ce qu'ils
veulent », a poursuivi le dirigeant nord-coréen. « Ils croient à tort qu'en exerçant sur nous une pression maximale, ils peuvent nous soumettre. »

Donald Trump, qui recevait jeudi à la Maison-Blanche le président sud-coréen Moon Jae-in, a fait part de sa volonté d'organiser un troisième sommet avec Kim Jong-un, tout en soulignant qu'il n'envisageait pas de lever dans l'immédiat les sanctions visant la Corée du Nord.

Une représentante de Pyongyang a prévenu le mois dernier que Kim Jong-un envisageait de ne plus respecter le gel des tests de missiles décidé à la fin de 2017.

Donald Trump, président des États-Unis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International