•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Oui, c'est long », dit la PDG du CIUSSS de l'Estrie-CHUS au sujet du centre mère-enfant

Projection aérienne du centre mère-enfant une fois les travaux complétés.
Projection aérienne du centre mère-enfant une fois les travaux complétés. Photo: Maquette fournie / CIUSSS de l'Estrie-CHUS
Radio-Canada

La présidente-directrice générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Patricia Gauthier, commente à son tour le délai dans la réalisation du Centre mère-enfant de Sherbrooke qui ne verra finalement pas le jour avant 2025. Patricia Gauthier se dit déçue, mais confiante que le projet ira de l'avant.

Le 15 mars dernier, lors de l'annonce de sa retraite, Mme Gauthier a confié s'être assurée que le projet se réalisera. Même s'il est sans cesse repoussé, elle quitte son poste sans crainte, assure-t-elle.

Je ne suis pas inquiète du tout. C'est décevant. Moi aussi, j'aurais aimé que le trou soit construit, que la pépine soit déjà sur place. Le site est prêt.

La deuxième phase des travaux débutera officiellement lorsque le gouvernement confirmera le projet soit après que les firmes de professionnels et la gérance de construction aient été choisies ce qui devrait être fait avant l'été.

Oui, c'est long. On le sait qu'il y a beaucoup de déception, mais c'est un projet pour les 40 prochaines années. On ne réalise pas le projet juste pour l'échéancier, il y a le coût.

Patricia Gauthier, PDG du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Après avoir annulé l'appel d'offres parce que la seule soumission reçue dépassait de plusieurs dizaines de millions de dollars le prix évalué, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS annonçait que les appels d'offres se feraient par blocs, et ce, dans le but de diminuer les coûts.

Toutefois, bien que le projet ait été modifié depuis son lancement en 2004, le prolongement des délais fait grimper les coûts. Le budget est passé de 30 millions de dollars à 198 millions de dollars au fil des années.

C'est un choix politique qui a été fait de ne pas accepter la proposition que nous avions parce qu'on n'a pas pu voir la véritable compétition. On verra ce que la compétition pourra nous apporter. Je pense que le ministère de la Santé et le gouvernement ne nous ont pas dit qu'ils n'étaient pas d'accord avec un coût supérieur, mais en autant que la compétition puisse se manifester, explique Mme Gauthier.

En attendant d'obtenir ce Centre mère-enfant rêvé, au meilleur prix, une réflexion s'imposera par rapport aux constructions temporaires qui ont déjà été mises en place.

C'est sûr que ça nous oblige à revoir la néonatalogie, l'urgence, le garage des ambulances qu'on a condamnés. Est-ce qu'on refait quelque chose? Est-ce que l'on remet de l'éclairage dans le stationnement? Plusieurs questions se posent, mais qui ne seront pas répondues avant de connaître officiellement l'échéancier, assure la PDG du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

J'espère que ça sera deux ans au lieu de trois ans, ajoute Patricia Gauthier.

Estrie

Établissement de santé