•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avance du Parti conservateur uni inquiète dans le milieu de l’éducation

Des enfants assis sur leur chaise dans la classe lèvent la main.
Les écoles albertaines devraient accueillir 15 000 élèves de plus l'an prochain. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un délégué de l'Association des conseils scolaires d'Edmonton s'inquiète pour le futur du milieu de l'éducation si le Parti conservateur uni est élu. À quatre jours du scrutin, il appelle les professionnels et les étudiants en éducation à s'informer et à voter pour protéger leurs intérêts et ceux de leurs élèves.

« Nous avons besoin de plus d’argent en éducation, pas moins, et c’est très inquiétant de voir un parti qui ne reconnaît pas cette réalité, mener dans les sondages », croit Michael Jantz, délégué de l’Association des conseils scolaires d’Edmonton.

Selon lui, ceux qui envisagent présentement de faire carrière dans le milieu de l’éducation devraient y penser à deux fois si le PCU est élu. Il déplore que le parti de Jason Kenney n’ait pas l’intention d’augmenter les dépenses en éducation pendant son mandat, alors que les écoles albertaines devront accueillir environ 60 000 élèves de plus.

« Ça veut dire qu’il y aura plus d’élèves par classe et que les enseignants vont avoir de plus grosses charges de travail et être plus stressés », croit-il.

Michael Jantz, un homme avec un veston et une chemise bleue est debout dehors, à côté d'un écriteau du pavillon d'Éducation sur le campus de l'Université de l'Alberta.Michael Jantz est délégué de l'Association des conseils scolaires d'Edmonton pour le district où se trouve l'Université de l'Alberta. Il a aussi été vice-président de l'association provinciale des conseils scolaires. Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

L’Association des enseignants de l’Alberta (ATA) s’inquiète aussi d’une telle perspective. Elle fait d'ailleurs pression depuis longtemps sur le gouvernement pour réduire le nombre d’élèves par classe.

« Nous savons qu’il va y avoir une croissance [du nombre d’élèves] et si on ne fait que maintenir le niveau de dépenses actuel, le problème va empirer », souligne le président Greg Jeffery.

Le PCU a l’intention de limiter les dépenses en éducation en réduisant la lourdeur administrative. Il promet toutefois de ne pas réduire le budget ni supprimer d’emplois. Il a aussi l’intention de mener un audit pour trouver la meilleure façon de réduire le nombre d’élèves par classe.

La candidate du PCU dans Edmonton West-Henday, Nicole Williams, affirme que les propos de M. Jantz « ne sont pas basés sur des faits ». Elle affirme que son parti continuera à construire des écoles et à prioriser les services aux élèves.

Le PCU ne ferme pas entièrement la porte à augmenter légèrement les dépenses, mais le chef, Jason Kenney, a fait savoir qu’il préférerait réaliser des économies en réduisant le nombre de cadres et en améliorant l’efficacité du système scolaire.

M. Jantz reste toutefois sceptique.

« Même si on renvoyait tous les employés qui envoient nos chèques de paie, planifient nos trajets d’autobus et installent nos réseaux informatiques… Ça ne suffirait quand même pas à nous donner l’argent nécessaire pour les nouveaux élèves qui vont passer nos portes », dit-il.

« Je ne crois pas qu’il y a de telles sommes qui soient gaspillées dans l’administration des conseils scolaires », commente Greg Jeffery.

Alberta

Éducation