•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien policier de la GRC coupable du vol de 10 kg de cocaïne

Craig Burnett.
Craig Burnett était policier de la GRC lors du vol de cocaïne. Photo: CBC / Preston Mulligan
Radio-Canada

Un ancien policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Écosse est reconnu coupable du vol de 10 kg de cocaïne.

En 2011, Craig Robert Burnett a volé la drogue qui était gardée comme pièce à conviction dans un casier aux anciens quartiers généraux de la GRC sur la rue Oxford, à Halifax, et qui devait éventuellement être détruite.

Un ancien sergent d'état-major, Craig Burnett, aujourd’hui âgé de 51 ans, était au moment du crime en charge de l’équipe nationale de la police des ports, qui a entre autres la responsabilité d’empêcher l’entrée de la drogue par voie maritime.

Remise à une connaissance, Scott Rowlings, puis refilée à un dénommé Mike Kanasevich pour qu’il la vende, la drogue a rapporté environ 300 000 $ aux trois hommes. Burnett a reçu environ 100 000 $, somme dont il s’est entre autres servie pour acheter une motocyclette BMW, saisie durant l’enquête.

Durant un procès qui a duré 21 jours, la cour a entendu 23 témoins, dont plusieurs policiers et les deux complices de l’accusé. Le juge James Chipman a reconnu Craig Burnett coupable des sept chefs d’accusation, dont vol de cocaïne, trafic de cocaïne, recyclage des produits de la criminalité et abus de confiance.

Dans son jugement, le juge Chipman écrit que Burnett a exploité des failles dans les procédures de la GRC pour s’emparer de la drogue.

Craig Burnett, qui a été libéré sous caution, doit revenir en cour le 4 juillet pour connaître sa sentence.

Réagissant au verdict de culpabilité prononcé contre l’ancien policier Burnett, la caporale Jennifer Clarke, de la GRC en Nouvelle-Écosse, écrit vendredi que rien ne démontre qu’il y ait actuellement des lacunes relativement aux politiques et aux mesures en place pour la gestion des éléments de preuves par le corps policier.

L’accès des employés à ces éléments de preuve est restreint et bien documenté, écrit-elle, et les politiques sont rigoureuses.

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Nouvelle-Écosse

Forces de l'ordre