•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rivalités sportives : pourquoi Toronto et Montréal détestent autant Boston

Des partisans des Boston Bruins réagissent avec enthousiasme à un but de Patrice Bergeron.
Les partisans des Bruins de Boston et des Maple Leafs de Toronto sont parmi les plus passionnés de la LNH. Photo: Associated Press / Charles Krupa
Matthew Cullen

Les rivalités dans le sport ont toujours existé. Elles existeront toujours. Petit tour d'horizon des relations entre ces frères ennemis que sont le Canadien de Montréal, les Maple Leafs de Toronto et les Bruins de Boston.

La rivalité la plus vieille dans la Ligue nationale de hockey (LNH) est celle qui existe entre les Maple Leafs et le Canadien. Certes, on ressent moins cette rivalité étant donné que Toronto et Montréal ne se sont pas affrontées en séries depuis 1979.

C’est une rivalité dormante, mais qui peut très vite se ranimer.

Pendant ce sommeil profond, une autre rivalité que les Maple Leafs et le Canadien partagent est celle contre les Bruins. Depuis cette fameuse année 1979, Montréal a disputé 16 séries contre Boston, dont 9 consécutives entre 1984 et 1992.

Un accrochage entre deux joueurs alors que, sur le banc des joueurs, d'autres regardent.Une mise en échec par l'attaquant des Bruins de Boston Kevan Miller contre l'ancien défenseur du Canadien Alexei Emelin lors d'une série en 2016. Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Du côté de l’équipe ontarienne, Toronto s’est opposée moins souvent à Boston, mais cette rivalité avec les Bruins reste bien la plus importante aujourd’hui pour les supporteurs des Maple Leafs.

Après le deuxième duel éliminatoire disputé samedi soir, les deux formations sont désormais au coude à coude, totalisant chacune une victoire.

Boston a toujours été une équipe robuste, lance l’ancien joueur des Maple Leafs et membre du Temple de la renommée Dick Duff. Ç'a toujours été comme ça, depuis le début. Ça continue aujourd’hui.

Duff a joué pendant 10 ans pour la formation torontoise, de 1955 à 1964. Il a remporté six Coupes Stanley au cours de sa carrière, dont deux avec les Maple Leafs (1962 et 1963) et quatre autres avec le Canadien entre 1964 et 1970.

Des joueurs de hockey sourient et boivent de la pierre autour de la coupe.Dick Duff (numéro 9) et ses coéquipiers célèbrent avec la coupe Stanley après avoir battu les Blackhawks de Chicago. Duff avait marqué le but gagnant ce jour-là, le 22 avril 1962. Photo : Associated Press / Anonymous

Ça fait 48 ans que je ne joue plus dans la ligue, mais je ressens toujours de la haine contre Boston, ajoute Duff avec un sourire. C’est une rivalité forte avec beaucoup d’animosité. C’est comme ça.

Mais pourquoi autant d'antipathie envers Boston?

Boston – il y a quelque chose avec cette ville, raconte-t-il. C’est une ville où les gens travaillent dur. Un peu comme à Toronto en fait. Si on n’était pas capables de les battre dans les ruelles, on n’était pas capables de gagner sur une patinoire non plus.

Les Bruins et les Maple Leafs se sont rencontrés en séries 15 fois dans l’histoire. Toronto a triomphé à huit occasions, mais jamais depuis 1959.

Des jeunes femmes portant des chandails des Maple Leafs réagissent avec émotion pendant une partie.Les partisans des Maple Leafs de Toronto sont des passionnés. Photo : La Presse canadienne / Galit Rodan

Plus récemment, la vieille rivalité a été ravivée. Les deux équipes se sont rencontrées au premier tour éliminatoire l’année dernière. Une série que les Bruins ont remportée en sept matchs. Le septième match a été difficile à encaisser pour les Maple Leafs, qui menaient 4-3 en fin de deuxième période.

Cette défaite a fait mal.

Elle a fait d’autant plus mal qu’elle a rappelé une situation survenue en 2013. Au septième match, on a assisté à une remontée incroyable des Bruins contre les Maple Leafs qui menaient 4-1 avec un peu plus de 10 minutes à écouler à la troisième période.

Les Bruins l'ont finalement emporté 5-4 prolongation.

Cette défaite a tout simplement écrasé les supporteurs de la Ville Reine et a brusquement changé la trajectoire des Maple Leafs. Les trois années qui ont suivi ce naufrage ont vu les Leafs terminer dans le bas du classement.

Quand ça ne passe pas bien, ça crée un peu d’amertume, explique l’attaquant des Maple Leafs John Tavares.

Cette année, dit-il, les supporteurs veulent un autre bilan pour changer la tendance… Je ne faisais pas partie [de l’équipe à cette époque]. J’ai hâte d’en faire partie cette année.

Le joueur étoile originaire de Mississauga a mené les Leafs avec 47 buts à sa première saison à Toronto.

Après avoir passé neuf ans chez les Islanders de New York, il a décidé l’été passé de rentrer chez lui pour réaliser un rêve d’enfance : jouer pour les Leafs en séries.

Je veux aider cette équipe le plus possible. Je comprends à quel point une victoire serait importante pour nos partisans.

Hockey

Sports