•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Optilab n'a jamais vraiment décollé au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Une travailleuse médicale analyse un échantillon de sang contenu dans une éprouvette.

Une travailleuse médicale analyse un échantillon de sang.

Photo : getty images/istockphoto

Deux ans après son lancement, Optilab n'a donné presque aucun résultat concret au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent indique que les analyses d'échantillons médicaux transférés au laboratoire de l'hôpital de Rimouski, dans le cadre du projet Optilab, représentent actuellement moins de 1 % du volume total des analyses du genre pour l'ensemble des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Ce chiffre est très loin de l'objectif initial du projet Optilab qui était de réaliser jusqu'à 45 % de ces analyses à l'hôpital de Rimouski.

Optilab est une réorganisation majeure des services de laboratoire qui se fait de façon très graduelle.

Extrait d'un courriel du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Dans une déclaration transmise à Radio-Canada par courriel, le CISSS dit accueillir positivement les modifications annoncées à Optilab, plus tôt cette semaine, par le gouvernement Legault.

Un technologue assis à un ordinateur près d'échantillons sanguins.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un technologue procède à l'analyse d'échantillons.

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

On peut lire dans ce courriel qu'avec cette nouvelle version, décrite comme Optilab 2.0, le CISSS vise à transférer à Rimouski environ 15 % du volume d'activité actuellement réalisé dans les laboratoires des différents établissements de santé au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Ni transfert d'employés ni transfert d'équipements

Le CISSS indique, toujours dans sa déclaration écrite, que le projet initial n'a entraîné aucun transfert d'équipements ou de personnel des laboratoires des différents établissements de la région vers Rimouski.

On note toutefois que durant le processus, l'équivalent de six emplois a été aboli. Ainsi, le nombre de postes, appelé dans le jargon des relations de travail au CISSS des « équivalents temps complet », est passé de 145 à 139 dans les différents laboratoires médicaux de la région.

Pas d'entrevue

En accord avec le ministère de la Santé, le CISSS n'a pas souhaité accorder d'entrevue à la caméra ou au micro sur le sujet.

Une porte-parole a toutefois longuement répondu aux questions de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé