•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Service en français ou en anglais à Montréal? Peu importe, disent de plus en plus de jeunes

Être servi dans la langue de Leclerc ou dans celle de Cohen à Montréal? Peu importe, disent de plus en plus de jeunes francophones.

Photo : Radio-Canada

Anne Marie Lecomte
Mis à jour le 

L'accueil de la clientèle dans les commerces de Montréal est de plus en plus bilingue ou en anglais seulement, selon une tendance observée par l'Office québécois de la langue française (OQLF), qui publie, vendredi, son rapport sur la situation linguistique au Québec. L'OQLF constate par ailleurs que les jeunes francophones sont de plus en plus indifférents au fait de ne pas être servis en français.

L'Office s'appuie sur le point de vue d'observateurs qu'elle a mandatés pour affirmer que la proportion des commerces montréalais qui offrent un accueil uniquement en français est passée de 84 % à 75 % entre 2010 et 2017.

Durant la même période, la proportion des formules d'accueil exclusivement en anglais est, elle, passée de 12 % à 17 %.

L'accueil bilingue a doublé, passant de 4 % à 8 %.

En 2017, l'accueil exclusivement en anglais dans les commerces a été observé dans l'ouest de l'île, et l'accueil bilingue, surtout dans l'ouest et le centre de l'île.

La clientèle accueillie dans une autre langue que le français dans un commerce se dit indifférente dans la moitié des cas. Il s'agit d'une forte hausse par rapport à la proportion de 31 % qu'avait enregistrée l'Office depuis 2012.

Quant à la langue de service, soit celle utilisée par le personnel immédiatement après l'accueil initial, l'OQLF constate que les jeunes francophones sont de plus en plus indifférents au fait de ne pas être servis en français.

L'OQLF affirme ceci : « Chez les francophones, cette augmentation entre 2012 et 2018 se constate principalement chez les personnes de 18 à 34 ans (de 23 % à 40 %) et chez les personnes de 35 à 54 ans (de 12 % à 33 %) ».

La Charte de la langue française reconnaît le droit d'être informé et servi en français au Québec. Mais, rappelle l'OQLF, ladite Charte ne régit pas la langue utilisée pour accueillir la clientèle des commerces. L'OQLF choisit néanmoins de s'attarder au phénomène « parce que ce sujet suscite un intérêt marqué dans le grand public », est-il écrit dans le rapport.

En novembre 2017, l'Assemblée nationale du Québec avait adopté à l'unanimité une motion réclamant que le mot « bonjour », seul, devienne la formule d'accueil utilisée dans les commerces.

Le bilinguisme français-anglais n’a cessé de croître au cours des dernières années au sein de la population québécoise : la proportion de la population se déclarant bilingue est passée de 28 % en 1971 à 45 % en 2016.

Rapport sur l'évolution de la situation linguistique au Québec, avril 2019

« Bonjour... point »

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, encourage les commerçants à dire « le bonjour... point ». Ce seul mot est rassembleur et connu de tous, affirme-t-elle en souhaitant qu'il y ait davantage de campagnes de sensibilisation destinées à valoriser la langue française.

Déplorant qu'en matière de langue, « on entende souvent des voeux pieux », le président du Mouvement Québec français, Maxime Laporte, réclame un renforcement de la Charte de la langue française. « Autrement, dit-il, l'avenir [et] la pérennité du français ne sont pas garantis. »

Le poids démographique

S'appuyant sur les données du recensement de 2016, l'OQLF décèle deux grandes tendances au Québec.

D'une part, comme tous les autres groupes linguistiques, les francophones ont vu leur nombre augmenter par rapport à 2011. Mais, d’autre part, les francophones voient leur poids démographique diminuer, une tendance amorcée il y a une trentaine d’années.

Dans l'ensemble de la province, le poids démographique des personnes qui déclarent avoir le français comme seule langue maternelle a enregistré une légère diminution, passant de 78 % en 2011 à 77 % en 2016.

À noter que le poids démographique des personnes de langue maternelle anglaise a, lui aussi, légèrement fléchi (de 7,7 % à 7,5 %), tandis que celui des personnes de langue maternelle autre a crû (de 12 % à 13 %).

Le français à la maison, à l'école et dans l'espace public

Au sein de la population immigrante du Québec, 68 % des gens avaient en 2016 une langue maternelle autre que le français et l'anglais.

L'OQLF observe que les immigrants arrivés en sol québécois depuis 2011 sont proportionnellement moins nombreux à utiliser le plus souvent l'anglais à la maison que ceux arrivés avant 1981.

Les enfants, massés en cercle, se consultent.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des enfants de Gatineau de niveau primaire participent à une activité parascolaire.

Photo : Radio-Canada

Du côté de l'école primaire et secondaire, en 1976, seuls 20 % des élèves de langue maternelle autre que l'anglais et le français et 8 % des élèves de langue maternelle anglaise fréquentaient une école de langue française. De nos jours, 28 % des élèves de langue maternelle anglaise et 89 % des élèves de langue maternelle autre fréquentent une école de langue française.

Toutefois, l'OQLF note que les cégeps de langue anglaise continuent d'attirer les étudiants ayant fréquenté l'école de langue française.

Il faut noter que l'usage du français a augmenté entre 2011 et 2016 autant chez les anglophones que chez les allophones.

Rapport sur l'évolution de la situation linguistique au Québec, avril 2019

Dans l'espace public, le rapport de l'OQLF cite le fait qu'un peu plus de la moitié des allophones utilisent le français à l'extérieur de la maison.

Enfin, la proportion d'anglophones et d'allophones qui affirment avoir une connaissance suffisante du français pour soutenir une conversation est en constante augmentation depuis 20 ans, affirme l'OQLF.

La langue de travail

Depuis une quinzaine d'années, l'OQLF remarque que les travailleurs évoluent dans un environnement bilingue français-anglais à divers degrés selon les secteurs. À ce niveau, l'usage exclusif du français est en recul. Les Québécois parlent français au travail la majeure partie du temps, mais ils recourent de plus en plus souvent à l'anglais.

Ce phénomène est particulièrement observable chez les jeunes de 18 à 34 ans, rompus à évoluer dans un environnement de travail bilingue.

De même, près du quart des immigrants (24 %) utilisent plutôt l'anglais au travail.

Sans surprise, c'est sur l'île de Montréal et sa couronne que l'anglais progresse en milieu de travail, alors que la proportion de personnes utilisant autant l'anglais que le français est passée de 10 % à 14 % de 2011 à 2016.

Il y a des choses qui sont inquiétantes et il y a une forme de clivage; c'est vraiment à Montréal que l'utilisation de l'anglais tend à augmenter au détriment de la langue française.

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française

Nathalie Roy, ministre responsable de la Langue française au sein du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), assure qu'elle donnera « des mandats clairs » à l'OQLF afin que la Charte de la langue française soit appliquée.

Le député péquiste des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, critique la ministre Roy de n'avoir pris d'autre engagement pour le moment que celui de lire le rapport de l'OQLF. Le PQ demande notamment au gouvernement de François Legault « de renforcer la loi 101 afin de combattre son inquiétant recul ».

Un rapport qui a tardé

En vertu de la Charte sur la langue française, l'OQLF a l'obligation de déposer un rapport quinquennal sur la situation linguistique du Québec.

Or, le dernier rapport de l'Office datait de 2007, a affirmé Nathalie Roy en impromptu de presse, vendredi.

Nathalie Roy affirme qu'au lendemain de son assermentation à la mi-octobre, elle avait été informée par l'OQLF de la profusion d'études ayant été faites. Mais ce n'est qu'après l'entrée en poste de la nouvelle présidente-directrice générale de l'OQLF, Ginette Galarneau, que la ministre a pu les voir.

« Pourquoi ces études-là [...] dormaient-elles sur les tablettes durant tout le règne du Parti libéral du Québec (PLQ) et même quand le Parti québécois a été au pouvoir en 2012 et 2013? », demande Mme Roy.

L'OQLF doit rester neutre, dit le PQ

Le député Joël Arseneau affirme, lui, qu'il y a eu « ingérence de la ministre ou de son entourage » pour que ce rapport de l'OQLF soit « commodément publié une demi-heure avant l'interpellation ». L'OQLF, dit encore le porte-parole péquiste en matière de langue française, doit être neutre sur le plan politique.

M. Arseneau dit avoir annoncé la semaine dernière qu'il interpellerait la ministre Roy à ce sujet. Ce qu'il a fait tôt, vendredi, durant la séance de la Commission de la culture et de l’éducation.

Invitée à commenter le fait que l'interpellation sur la langue survienne le jour même de la publication des études, la ministre n'a pas nié être intervenue. « C'est la prérogative de la ministre de demander : "Puis-je voir ces études?" », a-t-elle dit.

Quant à la nouvelle présidente de l'OQLF, Ginette Galarneau, elle a eu de la difficulté en conférence de presse à répondre à plusieurs questions des journalistes. La présidente de l'Office n'a pas été en mesure d'évaluer si la situation du français au Québec s'améliorait ou se détériorait.

« Sur certains aspects, il y a des progrès, sur d'autres, il y a énormément d'efforts à mettre pour que ça progresse », a-t-elle finalement conclu, sans indiquer quels chantiers devaient être privilégiés.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique