•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Optilab 2.0 : le CISSS de la Gaspésie veut reprendre le contrôle

Des échantillons sanguins dans des éprouvettes

Des échantillons sanguins

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Le conseil d'administration du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie (CISSS ) profite de la porte ouverte par la ministre de la Santé Danielle McCann, pour réclamer l'autonomie « complète et totale » des analyses faites en laboratoire.

La ministre dit avoir analysé le projet de regroupement des services, déployé dans sept régions du Québec en 2017.

Optilab 2.0 remplacera donc l’ancien modèle, le tout, dit la ministre dans le but d’améliorer la qualité des analyses des laboratoires médicaux et de permettre un meilleur contrôle des couts.

Il y aura donc moins de transport d’échantillons et la qualité des analyses en laboratoires sera améliorée, croit-elle.

Une excellente nouvelle pour les administrateurs du CISSS de la Gaspésie qui étaient réunis jeudi à Sainte-Anne-des-Monts. Ils en ont profité pour adopter une résolution qui réclame pratiquement le retour à la case départ.

On veut reprendre la gestion de nos ressources humaines, de nos ressources matérielles et de nos ressources financières.

Richard Loiselle, président, CISSS de la Gaspésie

Richard Loiselle précise qu'avant Optilab, environ un échantillon sur cinq était traité à l'extérieur de la région. L'objectif d'Optilab 2.0 est justement qu'entre 20 % et 30 % des échantillons soient envoyés dans les laboratoires centraux.

Un retour en arrière permettrait aussi à 75 travailleurs de revenir sous le giron du CISSS de leur région. C'est que depuis 2017, le personnel des laboratoires gaspésiens a été virtuellement transféré au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Ces 75 travailleurs n'ont pas dû déménager à Rimouski, mais la menace plane toujours pour un certain nombre.

Un statut particulier pour la Gaspésie

Les administrateurs du CISSS de la Gaspésie ont adopté à l'unanimité une résolution pour reprendre le contrôle des analyses en laboratoire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les administrateurs du CISSS de la Gaspésie ont adopté à l'unanimité une résolution pour reprendre le contrôle des analyses en laboratoire.

Photo : Radio-Canada

L'annonce de la centralisation de certaines analyses dans des laboratoires de Rimouski, et le transport d'échantillons sur des centaines de kilomètres avait soulevé la grogne dans la région, en 2017.

Les élus réclamaient un statut particulier pour la Gaspésie.

Cette revendication est plus vivante que jamais, note le président du conseil d'administration du CISSS, Richard Loiselle.

On veut s'inspirer de l'ouverture que la ministre manifeste et prendre la balle au bond.

Richard Loiselle, président, CISSS de la Gaspésie

La région compte quatre hôpitaux en plus de nombreux points de service dispersés sur un immense territoire, rappelle Richard Loiselle. « On veut assurer la proximité du service à la clientèle », précise-t-il.

Malgré les intentions du ministre de l'époque, le nombre d'échantillons qui ont dû être analysés à l'extérieur de la Gaspésie est demeuré relativement faible, en raison de la distance et des coûts de transport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé