•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget 2019 érode des services cruciaux, selon l’opposition

Des députés en Chambre à Queen's Park.

Le ministre des Finances Vic Fedeli présente le premier budget du gouvernement Ford.

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Radio-Canada

Le budget ontarien limite les dépenses, mais ne contient pas les compressions draconiennes que plusieurs craignaient. Les partis d'opposition estiment néanmoins que les plus vulnérables et la classe moyenne en ressortent perdants.

La chef de l’opposition officielle accuse le gouvernement de pénaliser les gens vulnérables, les étudiants et les enfants.

Andrea Howarth, devant un podium, répond aux questions des journalistes suite à la présentation du premier budget du gouvernement progressiste-conversateur de l'Ontario.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Andrea Horwath, chef du Nouveau Parti démocratique, réagit au premier budget du gouvernement Ford.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Le gouvernement Ford réduit d’un milliard de dollars le financement du ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires et retranche trois quarts de milliard du financement de l’éducation supérieure au cours de l’exercice financier, déplore la chef Andrea Horwath.

Au lieu d’investir dans les services sur lesquels la population compte, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation, Doug Ford leur coupe les vivres alors qu’ils ont désespérément besoin d’argent.

Andrea Horwath, chef du NPD

Mme Horwath souligne aussi que le budget du ministère des Affaires autochtones sera réduit de moitié et que celui de l’Agriculture perdra le quart de son financement.

Le chef intérimaire du Parti libéral estime que le gouvernement réduit les programmes et services sur lesquels les familles ontariennes comptent le plus.

John Fraser fait une allocution devant un podium. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Fraser, chef intérimaire du Parti libéral de l'Ontario

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Il se concentre sur le tailgaiting, la bière et le vin dans les dépanneurs et les plaques d’immatriculation de vanité pour distraire du fait qu’il réduit ce dont les gens ont besoin en santé et en éducation.

John Fraser, chef libéral

M. Fraser soutient que les conservateurs bénéficient d’une économie florissante et ont donc les moyens de dépenser pour offrir des services essentiels. Ils démantèlent les choses dont les familles dépendant, conclut-il.

De son côté, le Barreau de l'Ontario s'inquiète de la réduction du budget de l'aide juridique, qu'il évalue à plus de 30 %. La province prévoit, en effet, réaliser des économies de plus de 164 millions de dollars à partir de l'exercice financier de 2021-2022.

Le trésorier du Barreau, Malcolm Mercer, considère qu'une réduction aussi importante sur une si courte période entraînera une augmentation des retards dans les tribunaux et menace de perturber gravement l'administration de la justice.

Globalement, le budget de la justice diminuera en moyenne de 2 %. Le gouvernement assure qu'il s'agira d'une modernisation et d'une transformation de la prestation des services, sans que
les services de première ligne soient touchés
.

Le maire au micro en conférence de presseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire John Tory s'attendait à ce que Toronto reçoivent plus d'argent de la taxe sur l'essence.

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, le maire de Toronto constate avec satisfaction que les 11 millions de dollars du plan de transport en commun annoncés mercredi se retrouvent dans ce budget, même si beaucoup de questions demeurent.

John Tory s’est toutefois dit extrêmement déçu qu’il ne soit pas question dans ce budget d’une augmentation de la proportion de taxe sur l’essence versée aux municipalités, qui devait rapporter 1,1 milliard de dollars sur 10 ans à la Ville.

C’était un engagement du précédent gouvernement libéral, rappelle le maire, qui a été confirmé par le Parti conservateur pendant la campagne électorale.

Nous l’avions prévu dans notre budget, comme beaucoup d’autres municipalités j’en suis certain. Nous comptions utiliser cette augmentation pour apporter des améliorations au système de transport en commun, pour rénover des tramways et métros.

John Tory, maire de Toronto

Le maire explique qu'il faudra maintenant trouver cet argent ailleurs. Les impôts fonciers ne peuvent pas – et ne doivent pas – couvrir à eux seuls ces dépenses importantes que les municipalités doivent faire, soutient-il.

Toronto

Politique provinciale