•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le père de la victime de l'accident mortel de la route 232 ému

Jonathan Bernier et sa petite fille Phoebe Potvin.
Jonathan Bernier et sa petite fille Phoebe Potvin Photo: Gracieuseté - Jonathan Bernier
Édith Drouin

« C'est trop beau comment c'est l'entraide ici. J'ai du trouble à trouver des mots assez forts ou assez exacts pour décrire comment je me sens », confie Jonathan Bernier. Le résident de Saint-Cyprien a perdu sa fille de 21 ans la semaine dernière dans un accident de la route à Témiscouata-sur-le-Lac.

Il a appris la terrible nouvelle à l’hôtel de ville de Squatec. Plusieurs personnes étaient présentes pour le soutenir.

Je me suis comme désorganisé un peu sur le moment, mais […] j’étais au bon endroit pour apprendre ça, dit-il.

Sa petite fille de cinq mois, Phoebe, et son gendre, ont survécu à l’accident. Le père de Phoebe est dans un état stable, mais il est toujours hospitalisé à Québec.

Aryanne Bernier et sa fille Phoebe Potvin.Aryanne Bernier et sa fille Phoebe Potvin Photo : Gracieuseté - Jonathan Bernier

M. Bernier doit donc s’occuper de sa petite fille. Il a lancé une campagne de sociofinancement pour être en mesure de subvenir à ses besoins puisqu’il a lui-même un bébé de quelques mois.

Jeudi, il avait amassé environ 2000 $. Il a également reçu un don de la fondation l'Étoile de Daphné.

« La meilleure mère au monde »

Jonathan Bernier décrit sa fille comme une personne dont on sentait la présence, qui aimait sortir du lot.

Il raconte avoir voyagé beaucoup avec elle.

Jonathan Bernier et sa fille Aryanne Bernier lors d'un voyage à Walt Disney World.Jonathan Bernier et sa fille Aryanne Bernier lors d'un voyage à Walt Disney World Photo : Gracieuseté - Jonathan Bernier

M. Bernier explique avoir eu la garde de sa fille à cinq ans et l’avoir élevée avec son propre père. Aryanne a donc grandi sans la présence d’une mère et souhaitait plus que tout être présente pour sa fille, explique M. Bernier.

Elle nous a toujours dit qu’elle allait être la meilleure mère au monde, qu’elle allait toujours être présente pour ses enfants et ce que j’ai vu depuis la naissance de Phoebe, c’était ça. Il n’y avait pas de mère plus idéale qu’elle.

Jonathan Bernier, résident de Saint-Cyprien

Il ajoute que sa fille était une autodidacte, qu'elle avait appris par elle-même à jouer de la guitare, du piano et à parler anglais.

Transfert à Québec et quiproquo

Bien que Phoebe se soit tirée indemne de l'accident, un médecin a découvert, quelques jours après l'accident, qu'une de ses jambes était fracturée. L’orthopédiste de Rivière-du-Loup l'a donc envoyé d’urgence à Québec.

Jonathan Bernier raconte avoir fait le trajet de Rivière-du-Loup à Québec avec deux bébés dans une tempête de neige, alors qu’il craint la route depuis la mort de sa fille.

Deux bébés couchés côte à côte. L'un dort, l'autre regarde quelque chose.La petite fille de Jonathan Bernier, Phoebe Potvin et sa fille Luna Quetzalli Derbez Miranda Photo : Gracieuseté - Jonathan Bernier

Lors de l'arrivée de M. Bernier à Québec, le personnel de l'hôpital n'a pourtant pas été en mesure de soigner sa petite-fille. Il affirme qu'on lui a demandé de revenir le lendemain matin.

Le père de famille soutient que Québec attendait un bébé de deux ans, alors que Phoebe n’est âgé que de cinq mois. À quelque part, il y a eu un problème de communication entre les deux hôpitaux, déplore-t-il.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent confirme qu’il était vraiment urgent de transférer le poupon à Québec pour que des orthopédistes spécialisés puissent stabiliser sa fracture.

Sa porte-parole, Ariane Doucet-Michaud, explique qu’un accord avait été convenu entre les orthopédistes de Québec et de Rivière-du-Loup et ignore pourquoi Phoebe n’a pas tout de suite été admise à l'hôpital. Elle évoque un possible problème de communication.

Bas-Saint-Laurent

Justice et faits divers