•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Graphic Packaging : Bayshore veut reprendre le contrôle du chantier de démolition

Une usine abandonnée avec des débris et une pancarte de l'ancienne Cascades devant.

L'entreprise ontarienne Bayshore reviendra devant le tribunal lundi pour tenter de reprendre le contrôle de la démolition de l'ancienne usine Cascades de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gilles Munger

L'entreprise ontarienne Bayshore veut reprendre le contrôle du chantier de démolition de l'ancienne usine Graphic Packaging, à Jonquière, autrefois Cascades.

La cause devrait être entendue lundi au palais de justice de Chicoutimi.

Bayshore a déposé une requête en Cour supérieure pour renverser une injonction du juge Roger Banford prononcée l'automne dernier.

La décision autorisait Graphic Packaging à effectuer tous travaux ou démarches nécessaires à la réalisation du Plan de réhabilitation approuvé par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Graphic Packaging obtenait ainsi un accès complet aux installations du chemin Saint-André pour y réaliser les travaux, incluant notamment le démantèlement et la démolition des bâtisses, bâtiments, installations ou autres infrastructures.

Les droits de propriété violés, selon Bayshore

Selon la nouvelle requête de Bayshore, cette injonction viole les droits de propriété de la défenderesse et la prive des restants métalliques dont la valeur est estimée à 4 millions de dollars.

C'était d'ailleurs la principale raison pour laquelle elle avait acheté l'usine désaffectée. Bayshore se dit prête, disposée et en mesure de démolir la structure de l'immeuble en temps opportun, conformément à tous les règlements en matière d'environnement.

Les travaux de démolition de l'ancienne usine avaient été suspendus pour une partie de l'hiver. Ils ont redémarré en février. Les anciens bureaux administratifs, les systèmes de traitement des eaux, les réservoirs et une partie du bâtiment principal ont déjà été rasés.

Selon ce qu’a appris Radio-Canada, les installations devraient être démantelées l'automne prochain, six mois plus tôt que prévu. Les travaux de décontamination devront être réalisés par la suite.

La Ville n'a pas confiance

Le conseiller municipal Jonathan Tremblay, qui représentait le district où se trouve l’usine avant le redécoupage électoral de 2017, déplore le fait que Bayshore tente de reprendre le contrôle du chantier.

Il estime que la compagnie devrait plutôt acquitter son compte de taxes municipales de 2,6 millions de dollars, toujours impayé. L'élu fait davantage confiance à Graphic Packaging pour la suite des choses.

Avec tout ce qu’on a vécu, je n’ai pas un niveau de confiance très élevé [envers Bayshore]. Nous, à la Ville, on veut que le terrain soit réhabilité et que les taxes soient payées. Mais je dois dire qu’on n’a pas beaucoup d’espoir, conclut-il.

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires