•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs du secteur public se joignent aux employés des foyers de soins

Un groupe de manifestants le long d'une rue à Moncton brandit des pancartes syndicales.

Les travailleurs des foyers de soins ont voté pour un mandat de grève à plus de 90 % le 8 mars dernier (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Radio-Canada

Alors que les employés de 46 foyers de soins du Nouveau-Brunswick continuent de faire du bruit à travers la province pour revendiquer de meilleures conditions salariales, de plus en plus de travailleurs du secteur public se joignent à leurs manifestations publiques.

Quelque 4100 employés de foyers de soins représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont voté à plus de 90 % pour un mandat de grève, il y a déjà plus d’un mois. Un tribunal a toutefois suspendu le droit de grève de ces travailleurs jusqu’au 17 avril.

En attendant, les employés mécontents ne se tournent pas les pouces et continuent de manifester partout au Nouveau-Brunswick.

Non seulement leur mouvement ne s’essouffle pas, mais d’autres travailleurs du secteur public se sont joints à leurs activités, dont des ingénieurs, des chauffeurs d’autobus scolaire, des infirmières et des travailleurs sociaux. Les syndicats de plusieurs d’entre eux sont aussi ou seront bientôt en processus de négociation pour le renouvellement d’une convention collective.

Nous sommes aussi à la table des négociations, et nous pensons que ce qui vous arrive pourrait aussi nous arriver, lance Maria Richard, vice-présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

Maria Richard en point de presse.

Maria Richard, vice-présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, estime qu’il est important de soutenir les employés des foyers de soins.

Il y a eu une attaque contre le processus de négociation équitable, a-t-elle déclaré, évoquant le recours du gouvernement à des poursuites judiciaires pour interdire la grève aux travailleurs.

C’est une attaque contre tous, indépendamment de votre affiliation syndicale, de votre couleur, de votre allégeance; nous sommes tous dans le même bateau.

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

La convention des infirmières est venue à terme en décembre dernier. Le syndicat représente 6900 infirmières autorisées et infirmières praticiennes du secteur public.

Les premiers à tenir tête

Des ambulanciers se présentent aussi régulièrement aux manifestations des employés des foyers de soins.

Ils ont eux aussi l’intention de demander de meilleures conditions salariales. Il n’y a plus d’argent dans les maisons des Néo-Brunswickois moyens, assure un ambulancier de Hampton, Joe Cormier. Nous avons du mal à payer l’épicerie, à payer nos factures d’électricité.

Le principal argument du gouvernement de Blaine Higgs pour refuser de donner aux travailleurs des foyers de soins une augmentation annuelle supérieure à 1 % consiste à dire qu’il s’agit de la norme que tous les autres travailleurs du secteur public acceptent depuis des années.

Les employés des foyers de soins sont les premiers à tenir tête, à dire qu’assez, c’est assez. Nous recevons des peanuts depuis assez longtemps.

Joe Cormier, ambulancier

Les employés des foyers de soins sont payés entre 18 $ et 24 $ l’heure.

Selon le professeur de science politique de l’Université Mount Allison Geoff Martin, le gouvernement pouvait s’y attendre. Les gens sentent leur niveau de vie baisser, dit-il, ajoutant qu’après des années de compressions dans la province, la situation a atteint un point critique.

Quand tu coupes, et tu coupes, et tu coupes, et que tu as une population vieillissante, les travailleurs du système de soins de santé et des foyers de soins voient ce qui va arriver dans les 10, 15 prochaines années et ne peuvent imaginer le reste de leur carrière dans de telles conditions, conclut le politologue.

Avec les informations de Gabrielle Fahmy de CBC

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale